ENVIRONNEMENT

Bruxelles Environnement le nez dans le trafic pour mesurer la pollution réelle des véhicules

Bruxelles Environnement le nez dans le trafic pour mesurer la pollution réelle des véhicules

La rue de la Loi fait partie des axes où Bruxelles Environnement mesure désormais la pollution des véhicules en temps réel. ÉdA – Julien RENSONNET

Bruxelles Environnement mène actuellement une campagne de mesure des polluants émis par les véhicules. Avec une particularité: les mesures se font en rue, dans la circulation. L’idée: se faire une idée réelle et pas se baser sur les chiffres défendus par les constructeurs.

L’organisme Bruxelles Environnement, en collaboration avec l’International Council for Clean Transportation (ICCT) et l’initiative The Real World Urban Emissions (TRUE), mène actuellement une campagne de mesure des polluants émis par les véhicules, indique-t-il lundi. Avec une particularité: les mesures se font en rue, dans la circulation.

Les émissions sont mesurées en conditions réelles par détection à distance, ce qui présente l’avantage de contrôler l’échappement de tous les véhicules à moteur sans interrompre le trafic.

Une dizaine d’endroits différents ont été définis en Région bruxelloise pour effectuer les mesures; que ce soit rue de la Loi, avenue de Tervuren à Woluwe-Saint-Pierre ou encore avenue de l’Industrie à Anderlecht. Les endroits varient de jour en jour, explique Bruxelles Environnement, qui surveille ainsi les quantités émises de mono – et dioxyde de carbone, hydrocarbures, particules fines, mono – et dioxyde d’azote et ammoniac.

L’organisation assure que les informations ainsi recueillies sont anonymes. En outre, des panneaux de signalisation sont installés pour informer les automobilistes aux différents endroits de mesures.

«L’affaire du dieselgate a montré à quel point la pollution émise lors de la conduite peut différer des résultats obtenus lors des tests effectués en laboratoire et lors des homologations», rappelle Bruxelles Environnement. «À cela s’ajoute la problématique de la fraude au filtre à particules, voire du filtre mal entretenu, qui peut être à l’origine d’émissions très importantes de particules fines, qui sont nocives pour la santé.»