TOURNAI

Le vacarme venu du ciel provenait d’un avion civil, le 29 septembre à Tournai

Le vacarme venu du ciel provenait d’un avion civil, le 29 septembre à Tournai

L’avion qui avait provoqué un vacarme incroyable à Tournai pendant quelques secondes était un engin civil. ÉdA – 501003591465

Le vacarme entendu fin septembre dans le ciel brumeux provenait d’un avion civil effectuant son approche vers l’aéroport de Lille (F).

Le bruit assourdissant provenant d’un avion avait causé une certaine émotion parmi des milliers de Tournaisiens le mardi 29 septembre dernier en début d’après-midi. Comme le ciel était très nuageux, voire brumeux, personne n’avait rien vu en levant les yeux. Certains avaient pensé qu’un avion était en difficultés, à très basse altitude, et allait s’écraser au sol.

L’hypothèse qui a le plus circulé sur les réseaux sociaux était celle du survol de la cité par un avion de l’OTAN (des manœuvres avaient lieu à cette période) ou d’un gros C-130 de la défense belge.

Le bourgmestre de Tournai, Paul-Olivier Delannois, avait interpellé le ministre Philippe Goffin pour en savoir plus. C’est l’actuelle ministre, Ludivine Dedonder, qui vient d’apporter des réponses. La situation fait sourire M. Delannois: «C’est la première fois qu’une ministre de la défense me répond».

Les contrôleurs aériens de la Défense ont confirmé qu’il ne s’agissait pas d’un appareil militaire dont les traces sont systématiquement enregistrées. Mais le centre de contrôle militaire a pu toutefois identifier la trace d’un ou deux avions civils ayant survolé le centre de Tournai dans cette fourchette horaire. «Le doute sur le deuxième avion provient de la possibilité de trace ‘fantôme’très courante avec des images radar, et du fait que la Défense n’a pas accès aux enregistrements des images et données détaillées des contrôleurs radars civils».

Après contact avec Skeyes (Belgocontrol, l’entreprise publique autonome belge chargée du contrôle du trafic aérien), il a été confirmé que les deux traces mentionnées provenaient de deux avions français qui effectuaient leur approche vers l’aéroport de Lille et sous contrôle de celui-ci, indique la ministre de la Défense. «Les trajectoires, vitesses et altitudes sont conformes aux circuits de cet aéroport. Le vacarme entendu au-dessus de Tournai provenait d’un de ces deux avions».