WAVRE

Michel Cornélis sort sa seconde BD "Destinations secrètes"

Michel Cornélis sort sa seconde BD "Destinations secrètes"

Michel Cornélis a collaboré avec Anthony Collard pour le second tome de «Destinations secrètes». ÉdA – 50998850327

Michel Cornélis et Anthony Collard sortent le second tome de leur série BD. On va enfin connaître la fin de «Destinations secrètes».

Michel Cornélis, le directeur financier de la ville, est passionné par l’écriture mais pas que celle des chiffres. Écrivain, auteur de pièce de théâtre, il est aussi scénariste de bande dessinée.

En 2016, avec Anthony Collard, il s’est lancé dans une série, Destinations secrètes, avec un premier tome La tribu de la lune. Le second tome, Le temple d’Imagos, la fin de l’histoire, vient de paraître. «Tout le monde attendait le dénouement, explique Michel Cornélis. L’histoire était déjà écrite en entier, mais avec Anthony Collard, le dessinateur, nous avions décidé de faire deux tomes pour commencer la série afin de poser les deux héros de notre histoire, Jess Branigan, assistante en anthropologie, et Mat Singelton, un broker à la City de Londres, au niveau des caractères.»

Le premier tome a connu un beau succès auprès des amateurs de BD. Il a fallu, par contre, un peu plus de temps au duo pour boucler cette première aventure de Destinations secrètes.

«Le premier tome, c’est vraiment très bien vendu, confirme Michel Cornélis. Les retours de nos lecteurs étaient très bons. Pour conclure l’histoire, avec le second tome, cela a pris du temps. Anthony Collard, en quatre ans, a été deux fois papa, a déménagé deux fois et a changé deux fois de boulot. Il a quand même 20 ans de moins que moi et donc il rencontre des défis dans la vie que moi je n’ai plus. De mon côté, j’ai mon travail en tant que directeur financier, à temps plein. Anthony travaille seul. Il termine tous les dessins à la plume. Chaque dessin, chaque planche, c’est une œuvre d’art. »

Le duo y est arrivé, en revoyant sa méthode de travail.

Une vision différente

«En tant que scénariste, j’avais commencé à travailler d’une manière très organisée en lui proposant case par case, ce que je voulais voir dans la case, avec le dialogue et les ambiances que je voulais retrouver. On s’est vite rendu compte que c’était plus riche en discutant tous les deux, chacun avec nos idées. Finalement l’histoire s’est enrichie. Anthony avait envie aussi de s’emparer des personnages, de les faire vivre. On a donc décidé de travailler de manière beaucoup plus souple. C’est un travail de collaboration vraiment étonnant et intergénérationnel. Moi j’ai 53 ans, Anthony en a 33, insiste encore une fois Michel Cornélis. Nous avons du coup, chacun une vision différente de la BD. Moi je suis encore du temps de mon idole, Roger Leloup. Anthony aime la BD un peu plus dynamique, où il y a plus d’action. Ce petit peps on le retrouve dans nos deux tomes. C’est un bon mélange entre nos deux sensibilités.»

Comme il y a quatre ans, Demdel, la petite maison d’édition basée à Arlon, a imprimé le second volume. «Comme le premier tome a très bien marché, l’éditeur a voulu continuer la publication. Ce qui est chouette, c’est que ce second tome a été sponsorisé par la Sabam. La Sabam avait trouvé que le premier tome était vraiment bien torché. Elle nous avait dit que la BD avait tout d’une grande. La Sabam nous soutient donc pour l’édition de ce second tome. Pour nous c’est une belle reconnaissance.»

On ne vous dévoilera rien de la fin de l’aventure des deux héros. On peut juste vous dire que comme souvent dans les BD, l’histoire se termine bien pour les héros.