HUY

Huy: le palais de justice à nouveau tagué mais le tagueur a été pris sur le fait

Le palais de justice de Huy a à nouveau été tagué la nuit dernière. Uniquement sur les portes vitrées cette fois-ci… Mais le tagueur a été intercepté.

Le palais de justice de Huy a à nouveau été la cible d’un tagueur la nuit dernière. En arrivant au palais ce matin, les employés n’ont pu que constater qu’on avait à nouveau écrit, et à la peinture jaune cette fois-ci, sur les vitres et les murs.

Il y a une quinzaine de jours, le palais de justice avait déjà été la cible de tagueurs, qui s’en étaient pris aussi à la façade du Quick et au pont de l’Europe. Ce jour-là, les tagueurs ne s’étaient pas arrêtés aux vitres, ils s’en étaient pris aussi à la sculpture en acier corten.

Ici, c’est clairement le bourgmestre f.f. Éric Dosogne qui est ciblé par les quelques mots laissés sur les vitres…

Alors que le tagueur était occupé avec sa peinture, une patrouille de la zone de police de Huy est passée par là... et l’a intercepté. Il était alors 2h du matin. «Il s’est montré récalcitrant, explique le commissaire Bernard Degrange. On a même dû lui passer les menottes.» L’homme était en possession d’une bombe de couleur et de gants. Il a été ramené à l’hôtel de police.

L’homme, un Hutois de 23 ans, a reconnu les faits lors de son audition ainsi que les précédents tags. Il est inconnu des services de police, il n’a aucun antécédent. Mais dans son comportement, il apparait comme étant «un peu rebelle», anarchiste. Il en veut à la politique et aux mesures Covid comme en témoignent ses tags.

Ce qu’il risque? Cela peut lui coûter cher, déjà au civil, en frais de nettoyage. Mais c’est aussi considéré comme un délit, une dégradation de biens publics. Il est actuellement toujours au commissariat en attente d’une décision du parquet. Le bourgmestre f.f. Eric Dosogne et le ministre wallon Christophe Collignon ont été avertis et se sont réjouis du bon travail de la police hutoise.