CRÉATION

Feriez-vous un mandala d’automne?

Feriez-vous un mandala d’automne?

Voilà ce que Clémence et Héloïse ont réalisé. Reconnaissez-vous tout ce qu’elles ont mis dans leur mandala? Elisabeth Wybou

Clémence et Héloïse sont souvent en contact avec la nature. Ces deux enfants aiment réaliser des mandalas. Mais d’où vient cette tradition?

Actuellement, la nature offre beaucoup de matériaux pour réaliser un mandala. Clémence et Héloïse ont enrichi leur récolte en se servant aussi dans un potager proche près de chez elles.

Elles ont ainsi construit leur mandala avec des châtaignes, des coloquintes (ce sont les boules jaunes sur la photo), des fleurs de phacélies (fleurs mauves), des fleurs de capucines (jaunes et oranges), des feuilles colorées…

Patience et habileté

Le mandala est une tradition qui vient du Tibet (Asie). Et plus précisément du bouddhisme tibétain. Lors de certaines fêtes, des moines fabriquent des mandalas géants, avec du sable de différentes couleurs.

Ces dessins compliqués peuvent représenter le cosmos (ciel, étoiles, planètes), des formes inspirées par la nature ou plus simplement des dessins avec des formes géométriques. Réaliser cela mobilise toute leur concentration et exige beaucoup de patience et d’habileté. En créant un mandala, les moines sont tellement immergés dans leur tâche, qu’ils ne pensent quasi plus à rien d’autre, ce qui favorise la méditation.

Des œuvres éphémères

Après des semaines de travail, tout est détruit et le sable est jeté à la mer! C’est une façon de rappeler que rien n’est éternel.

Pour le moment, l’automne offre de splendides couleurs… et permet de réaliser des œuvres superbes, comme celle que montre la photo! C’est l’occasion d’en profiter.

N’hésitez pas à nous envoyer des photos de vos réalisations à redaction@lejde.be

Le sondage de la semaine