ENSEIGNEMENT

Les écoles de la FWB passeront en code orange adapté dès le 12 novembre

Les écoles de la FWB passeront en code orange adapté dès le 12 novembre

Photo News

La ministre de l’Éducation et les acteurs de l’école francophone ont décidé de faire passer les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles vers un code «orange» adapté.

Caroline Désir (PS), la ministre de l’Education, et les acteurs de l’école francophone ont décidé mercredi de faire passer d’ici trois semaines l’ensemble des écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles du code «jaune» vers un code «orange» adapté.

À l’image de ce que la Flandre a décidé lundi déjà, l’enseignement présentiel restera bien la règle pour tous les élèves de primaire et de secondaire du sud du pays. Les écoles auront toutefois la possibilité de prévoir des cours à distance dès la 3e secondaire, mais à condition que tous les élèves puissent y participer (matériel informatique disponible).

«Nous avons décidé d’être le plus flexible possible», a expliqué ce mercredi après-midi Caroline Désir lors de la séance plénière du Parlement de la Fédération.

Ces mesures seront applicables durant un délai de deux semaines renouvelables.

Il a également été convenu mercredi de renforcer les mesures sanitaires appliquées dans les écoles, notamment concernant l’usage des masques de protection par les enseignants, leur présence en salle des profs, mais aussi l’usage des cantines et des vestiaires.

Les consignes en matière d’aération et de ventilation des locaux scolaires seront également renforcées.

Ces nouvelles mesures seront d’application dès la fin des vacances allongées de Toussaint, soit à compter du 12 novembre prochain.

Une circulaire ministérielle envoyée dans les écoles ce mercredi

Une circulaire ministérielle détaillant l’ensemble de ces mesures sera envoyée mercredi soir vers les écoles.

Face aux sérieux problèmes organisationnels rencontrés par plusieurs écoles privées d’enseignants malades ou placés en quarantaine, le ministre a également décidé d’assouplir les conditions pour le remplacement des enseignants.

Devant les députés, la ministre Désir a rappelé que, à la lumière des chiffres recueillis par l’ONE et les services de médecine scolaire, les écoles ne pouvaient être considérées comme des foyers importants de contamination.

Dans l’enseignement fondamental (maternel et primaire), le nombre d’élèves malades est «relativement faible», même s’il est un peu plus élevé dans le secondaire, a-t-elle souligné.

 

Le nombre de contaminations survenues à l’école restent très faibles

 

«Le nombre de contaminations survenues à l’école restent très faibles, soit 17%. Cela veut dire que dans 83% des cas (d’enfants ou d’enseignants positifs), ces contaminations ne se sont pas produites à l’école».

Fin juin, les trois ministres de l’Education du pays s’étaient accordés sur un régime commun de codes couleurs (vert, jaune, orange et rouge) déterminant les mesures de sécurité à adopter dans les écoles en fonction de l’évolution de la pandémie.

Sur cette base, depuis la rentrée de septembre, l’ensemble des écoles de la Fédération Wallonie-Bruxeles sont en code jaune (appliqué en cas de propagation «limitée» du virus), lequel prévoit un enseignement en présentiel pour tous les élèves de primaire et de secondaire cinq jours par semaine moyennant certaines mesures (port du masque en secondaire, désinfection régulière des mains,…).

La semaine passée, la ministre Désir avait décidé, en concertation avec les acteurs de l’école, de maintenir ce code jaune en FWB afin de garantir un maximum d’enseignement en présentiel, tout en décidant de prolonger le congé de la Toussaint de deux jours, jusqu’à l’Armistice.