article abonné offert

CRITIQUE CINÉMA

«Adieu les cons» - Il ose tout, c’est à ça qu’on le reconnaît

On ne rit pas autant que dans «Neuf mois ferme». Mais c’est normal: l’ambition du nouveau film d’Albert Dupontel est multiple. Énorme. Et concrétisée en beauté.

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 28 des 425 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?