BELGIQUE

Coronavirus: «On aura 500 patients en soins intensifs cette semaine, 1000 d’ici la fin du mois»

La situation concernant l’épidémie du nouveau coronavirus reste très inquiétante en Belgique. Le centre de crise a analysé une nouvelle fois les derniers chiffres, ce lundi.

Les chiffres ne sont toujours pas bons. Contaminations, hospitalisations et décès dus au coronavirus augmentent encore.

«Les infections doublent tous les 8 jours, les hospitalisations tous les 7 jours», a détaillé le porte-parole interfédéral dans la lutte contre le coronavirus, Yves Van Laethem.

Le mardi 13 octobre dernier, la Belgique a même connu un pic avec 12.051 contaminations confirmées par un test. «C’est le chiffre le plus important que nous ayons jamais atteint», ajoute-t-il.

Le nombre moyen de nouvelles contaminations quotidiennes, calculé entre le 9 et le 15 octobre, continue d’augmenter et s’élève désormais à 7.876 (+79%).

Une augmentation légèrement inférieure aux données précédentes, mais Yves Van Laethem précise qu’il y a un embouteillage au niveau de l’obtention des résultats des tests. Les notifications des infections peuvent donc prendre du retard.

«Une infection sur cinq survient toujours dans la tranche des 20-30 ans. Mais il y a aussi un large plateau chez les 30-60 ans», annonce Yves Van Laethem en analysant ce graphique.

Coronavirus: «On aura 500 patients en soins intensifs cette semaine, 1000 d’ici la fin du mois»
-

«Les cas chez les plus de 70 ans ont encore doublé par rapport à la semaine précédente», complète le porte-parole, même si le nombre absolu est plus bas que dans d’autres groupes d’âge.

L’augmentation est généralisée, même si c’est à Bruxelles et en Wallonie que la situation est la plus compliquée actuellement. La plus forte augmentation cette dernière semaine a néanmoins été observée en Flandre occidentale.

«Dans cette province, les chiffres des contaminations double tous les 6 jours. Dans le Limbourg, à Liège et dans le Hainaut, ils doublent tous les 7 jours», explique Yves Van Laethem.

Coronavirus: «On aura 500 patients en soins intensifs cette semaine, 1000 d’ici la fin du mois»
-

«La province de Liège est le point le plus chaud en nombre absolu de nouveaux cas. On y a détecté en moyenne 1424 nouveaux cas par jour sur la dernière semaine (+93% par rapport à la semaine précédente)», complète-t-il.

Juste derrière, le Hainaut a enregistré en moyenne 1327 nouveaux cas/jour (+107%). Suivent Bruxelles et Anvers, avec respectivement 1174 et 802 nouveaux cas/jour.

Les hôpitaux wallons sous pression

Les chiffres dans les hôpitaux doublent chaque semaine. «Ce samedi, il y a eu 351 nouvelles admissions de patients ‘covid’. Cela correspond à un peu plus de la moitié du pic enregistré lors de la première vague, le 28 mars, où il y avait eu 629 admissions», précise encore le porte-parole.

C’est en Wallonie que la situation est la plus préoccupante, découvre-t-on dans les chiffres plus précis par région. «La Wallonie a atteint le même nombre de nouvelles hospitalisations que lors du pic de la première vague. La courbe est aussi plus verticale, l’augmentation y est donc plus rapide», ajoute-t-il.

«La tension dans les hôpitaux wallons va continuer d’augmenter dans les prochains jours», annonce Yves Van Laethem.

Coronavirus: «On aura 500 patients en soins intensifs cette semaine, 1000 d’ici la fin du mois»
-

À Bruxelles, on est à la moitié environ des admissions maximales qu’on a connues en mars-avril. En Flandre, on n’est «qu’au tiers» des chiffres de la première vague au niveau des hospitalisations, «mais les chiffres doublent malgré tout tous les 7 jours», nuance le porte-parole.

Aux soins intensifs, on va dépasser la barre des 500 patients cette semaine. «Quel que soit l’impact des mesures décidées vendredi (par le comité de concertation), on aura 1000 patients en soins intensifs d’ici la fin de ce mois», prédit-il.

Sans action de notre part, une projection mathématique prévoit 2000 patients en soins intensifs à la mi-novembre. Les mesures qui entrent en application ce lundi doivent nous permettre d’éviter de dépasser ce seuil critique, puisqu’il s’agit du nombre maximum de lits disponibles dans ces unités.

«Il faut absolument inverser la tendance d’ici deux à trois semaines, pour que nos services de soins de santé puissent tenir le coup», conclut Yves Van Laethem.