CYCLISME

VIDÉOS | Mathieu van der Poel s’adjuge le Ronde, Van Aert deuxième

Mathieu van der Poel remporte le Ronde au terme d’un duel royal contre Wout van Aert

Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) a remporté la 104e édition du Tour des Flandres, exceptionnellement repoussée du printemps à l’automne en raison de la pandémie de coronavirus. Après 243,3 kilomètres entre Anvers et Audenarde, le champion des Pays-Bas s’est imposé au terme d’un mano à mano annoncé contre son rival Wout van Aert (Jumbo-Visma). Le champion du monde français Julian Alaphilippe (Elegant-Quick Step) a lourdement chuté alors qu’il était en tête avec les deux favoris.

Un groupe de six coureurs, dont les Belges Gijs Van Hoecke (CCC), Dimitri Peyskens (Bingoal – Wallonie Bruxelles) et Fabio Van Den Bossche (Sport Vlaanderen – Baloise), s’est extirpé du peloton après une vingtaine de kilomètres d’une course un peu plus courte que d’habitude mais qui présente la plupart de ses habituelles difficultés, hormis le Mur de Grammont.

Les fuyards ont compté près de 7:40 d’avance sur le peloton à 140 kilomètres de l’arrivée. Au premier passage du Vieux Quaremont, inhabituellement vidé de ses supporters pour des raisons sanitaires, le groupe de tête possédait encore une marge de 7 minutes sur le peloton.

VIDÉOS | Mathieu van der Poel s’adjuge le Ronde, Van Aert deuxième
Wout Van Aert, Mathieu van der Poel et Julian Alaphilippe ont mené la course avant la chute du Français. BELGA

Alors que l’allure s’accélérait, Wout van Aert et Tim Wellens (Lotto Soudal) ont chuté à 113 km de la ligne avant de réintégrer le peloton.

Parti en chasse patate, le Norvégien Edvald Boasson Hagen (NTT) a évité de peu d’être arrêté à un passage à niveau. Le peloton a repris sa course-poursuite après avoir perdu une petite minute dans l’aventure.

Des chutes et un abandon

Les choses sérieuses ont débuté à 100 kilomètres de l’arrivée. Boasson Hagen repris, la course est devenue nerveuse et nombreux sont les coureurs qui ont dû s’employer après des chutes ou des ennuis mécaniques, à l’instar de Sep Vanmarcke (EF Pro Cycling).

Le groupe de tête, réduit à cinq après la chute malencontreuse de Peyskens, a été repris à 50 km de la ligne, moment où les favoris étaient déjà dégagés en tête.

Julian Alaphilippe, pour sa première au ‘Ronde’, a profité des pourcentages du Koppenberg pour placer une attaque et tout faire exploser. Le Français a une nouvelle fois accéléré, accompagné d’abord par Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix) puis par Wout van Aert.

Un trio royal s’est donc formé à 40 bornes de l’arrivée mais le champion du monde a été victime d’une lourde chute après une collision avec une moto de la course, arrêtée sur le côté de la route. Le Français, qui paraissait très à son aise mais visiblement les yeux rivés sur son compteur avant de percuter la moto, est longtemps resté au sol en se tenant l’épaule gauche.

Le duo WVA-MVDP, qui se connaît depuis si longtemps, d’abord en cyclocross puis sur la route, a parfaitement bien collaboré jusqu’à l’entame du dernier kilomètre.

Dans la roue du Néerlandais dans les derniers hectomètres, Wout van Aert a longtemps temporisé. Au terme d’un sprint royal, Mathieu van der Poel s’est imposé pour très peu.

Je n’ai pas les mots

VIDÉOS | Mathieu van der Poel s’adjuge le Ronde, Van Aert deuxième
Mathieu van der Poel après la course. BELGA
«Je n’ai tout simplement pas les mots après ce succès», a déclaré le Néerlandais de 25 ans au micro de l’organisation. «Je n’étais pas sûr d’avoir gagné. D’habitude, je sens quand je l’emporte mais ce n’était pas le cas aujourd’hui (dimanche, NDLR). J’étais tellement cassé après le sprint. J’ai fait un petit ‘jump’à la fin et cela a suffi visiblement. Je savais que je devais faire le sprint de ma vie pour l’emporter et c’est ce qui s’est produit», a déclaré Mathieu van der Poel à l’arrivée à Audenarde.

Arrivés en duo sous la flamme rouge, Mathieu van der Poel et Wout van Aert ont joué au chat et à la souris dans les derniers hectomètres. Le Belge, calé dans la roue de son rival, a déclenché à 130 mètres de la ligne mais n’a pas pu déborder Van der Poel.

«J’ai démarré le sprint en tête. Je ne regardais pas le groupe derrière nous mais seulement Wout van Aert. J’ai tenu compte de la faible vitesse à laquelle nous avons débuté ce sprint. Le fait que Van Aert ne veuille pas y aller trop tôt était pour moi un bon signe, cela signifiait qu’il était aussi à la limite. Plus longtemps on attendait au mieux c’était pour moi», a expliqué Van der Poel.

«J’ai demandé dix fois confirmation de ma victoire. Je n’ai pas de mots, cela fait tellement de bien», a ponctué Mathieu van der Poel, qui a signé la onzième victoire néerlandaise sur le Tour des Flandres.