FOOTBALL

VIDÉOS | Islande-Belgique 1-2: 5 choses à retenir de la rencontre

VIDÉOS | Islande-Belgique 1-2: 5 choses à retenir de la rencontre

5 choses à retenir de cette victoire des Diables rouges. Photo News

En disposant de l’Islande après avoir mordu la poussière en Angleterre, la Belgique a prouvé qu’elle avait encore faim en Nations League.

Mention spéciale à Romelu Lukaku, lui qui a fait honneur à son statut inédit de capitaine en inscrivant un doublé décisif (9e, 38e).

Si tout n’a pas été parfait pour les protégés de Roberto Martinez, en atteste l’égalisation islandaise signée Birkir Mar Saevarsson (17e), ceux-ci ont fait preuve du sérieux nécessaire pour préserver jusqu’au bout leur avantage. Et reprendre la tête de leur groupe suite à la défaite de l’Angleterre face au Danemark (0-1).

Voici ce qu’il faut retenir de la rencontre.

 

 

1.Martinez: promesse (presque) tenue

Calées au cœur d’un calendrier des plus chargés, les trois rencontres disputées en une petite semaine par les Diables rouges n’ont pas été du goût de tous les cadres de l’équipe nationale, Axel Witsel et Kevin De Bruyne en tête. Ce mécontentement, le sélectionneur Roberto Martinez l’avait anticipé, en certifiant qu’aucun de ses protégés ne disputerait l’intégralité des trois rencontres. Une promesse tenue… à une exception près, puisque Dedryck Boyata a joué les 270 minutes face à la Côte d’Ivoire, l’Angleterre et l’Islande. Simon Mignolet, Jeremy Doku et Timothy Castagne sont aussi apparus à chaque match, mais ont reçu, à des degrés divers, une opportunité de souffler.

2.Lukaku sublimé par le brassard

Si tous les Diables rouges ne voient pas la plus-value de disputer la Nations League, ce n’est pas le cas de Romelu Lukaku. Compétiteur dans l’âme, l’attaque belge veut absolument tout gagner, et l’a d’ailleurs prouvé dans la froideur de Reykjavik. Auteur de l’ouverture du score d’une belle frappe enroulée à la retourne (9e), Big Rom s’est offert le doublé juste avant la mi-temps, en transformant un penalty qu’il avait lui-même provoqué (38e).

Capitaine pour la toute première fois de sa carrière en équipe nationale, le pensionnaire de l’Inter Milan a pris soin d’entretenir ses folles statistiques pour le compte des Diables rouges: grâce à son nouveau doublé, Lukaku en est désormais à 55 réalisations pour le compte de la Belgique. Et même carrément… 38 goals lors ses 36 dernières apparitions sous Roberto Martinez. Ahurissant.

3.Du temps de jeu, mais pas de clean sheet pour Mignolet

Habituelle doublure de Thibaut Courtois en équipe nationale, Simon Mignolet a profité des dernières absences et blessures du portier du Real Madrid pour enchaîner cinq rencontres pour le compte des Diables rouges. Seul bémol: le gardien du Club Bruges n’a pas réussi à garder ses cages inviolées, en se faisant crucifier par un Birkir Mar Saevarsson esseulé (17e).

4.Des ressources et des solutions pour le futur

Privé de plusieurs de ses cadres lors de cette parenthèse internationale, le sélectionneur Roberto Martinez en a profité pour opérer une large revue d’effectif, mais aussi donner du temps de jeu à pas mal de nouveaux sous la vareuse des Diables rouges. Un choix gagnant, puisque plusieurs éléments ont marqué des points. Notamment Leandro Trossard, encore excellent hier soir. Le réservoir de la Belgique n’est pas vide, et Martinez pourra puiser dedans dans le futur.

5.La Belgique de nouveau en tête de son groupe en Nations League

Touchés dans leur orgueil après leur défaite en Angleterre, les Diables rouges ont eu la bonne idée de tout de suite rebondir en s’imposant en Islande. Une victoire d’autant plus précieuse que les hommes de Roberto Martinez ont profité de la défaite un peu surprise de l’Angleterre face au Danemark (0-1) pour reprendre la tête de leur groupe en Nations League. Avec 9 points au compteur, soit deux de plus que le Danemark et l’Angleterre, la Belgique se retrouve en position de force avant de recevoir Anglais et Danois au cœur du mois de novembre.