MOBILITÉ

La plainte des automobilistes contre les pistes cyclables introduite: «On fait de l’unimodal avec le vélo»

La plainte des automobilistes contre les pistes cyclables introduite: «On fait de l’unimodal avec le vélo»

Ce sont notamment les aménagements du bois de La Cambre qui sont au centre de la plainte des automobilistes envers la Région bruxelloise. ÉdA – Julien RENSONNET

Ils veulent supprimer les pistes cyclables dessinées durant le déconfinement: les membres de l’ASBL Mauto Défense ont introduit son action contre la Région bruxelloise devant le tribunal civil.

L’action de l’ASBL Mauto Défense contre la Région de Bruxelles-Capitale en vue de supprimer certaines pistes cyclables a été introduite mercredi devant le tribunal civil de Bruxelles en référé. Aucune date d’audience n’a encore été fixée mais les débats devraient avoir lieu rapidement, probablement au cours de la semaine prochaine. L’affaire pourrait aussi être jointe à une autre action similaire, intentée par la commune d’Uccle.

Trois personnes, deux particuliers et le restaurant gastronomique bruxellois La Truffe Noire, se sont associées à cette action intentée par Mauto Défense, association de défense des droits des automobilistes et des motards.

«Elle a pour but de contraindre la région bruxelloise de retirer immédiatement les pistes cyclables prétendument provisoires, érigées illégalement sur les voiries régionales en lieu et place d’une bande de circulation, sous peine d’une astreinte de 1.000 euros par jour de retard», avait expliqué Lucien Beckers, président de Mauto Défense.

Son association administre notamment le groupe Facebook «L’Automobiliste en a marre», qui compte environ 20.000 membres. Elle demande la suppression des pistes cyclables provisoires et un moratoire sur la création des futures pistes cyclables afin de prendre le temps d’instaurer un dialogue.

«C’est la logique de la terre brûlée»

Des représentants de l’association Mauto Défense ont aussi déposé mardi matin au parlement bruxellois un tract reprenant leurs revendications liées au plan régional de mobilité Good Move. Ils ont assisté à une commission du parlement bruxellois ayant trait à la thématique et ont décroché une promesse de rendez-vous avec des parlementaires.

Sur les trois représentants présents, deux étaient des indépendants impactés dans leur travail par les restrictions imposées aux voitures.

«La voiture est un outil de travail pour certains et pour d’autres qui sont malades c’est une nécessité», défend Barbara, représentante de l’association Mauto Défense. «On a mis la charrue avant les bœufs. Le plan met le multimodal à l’honneur, mais on fait de l’unimodal avec le vélo et après c’est la logique de la terre brûlée. Ça passe ou ça casse. Mais en restreignant aussi fortement les voitures, on restreint l’économie».

«En passant en force, en cherchant à afficher une politique forte et clivante, ce sont les populations qui payent et on alimente le risque de voir un automobiliste s’agacer contre un cycliste ou un cycliste qui a été mis en danger veuille se venger», a conclu la représentante de l’association.