JOGGING DE MAILLEN

Le jogging de Maillen est passé entre les gouttes

Le jogging de Maillen est passé entre les gouttes

Distanciation et départs par vagues étaient au menu de la course. Amandine Gilson

Au jogging de Maillen samedi, départs en vagues, masques et distanciations étaient les maîtres mots de cette 8e édition.

Le jogging de Maillen est passé entre les gouttes au sens propre comme au sens figuré, ce samedi après-midi. Entre les gouttes car les conditions climatiques ont été agréables pour courir, malgré un petit vent froid, mais également parce que l’équipe organisatrice n’était pas certaine de pouvoir maintenir l’événement vu les nouvelles restrictions. «Je pense que nous avons beaucoup de chance. Si le Jogging d’une Crête à l’Autre avait eu lieu une semaine ou deux plus tard, il n’aurait sans doute pas pu avoir lieu, précise Hélène Giaux, membre de l’équipe qui œuvre tous les ans pour une bonne cause. Le bourgmestre nous a donné l’autorisation d’accueillir 400 personnes, avec toutes les mesures sanitaires nécessaires, pas de bar ni de ravitaillement. C’est tristounet, mais c’est ainsi. L’an prochain, nous referons une belle fête pour ce jogging qui se veut avant tout familial».

Et s’ils ont été aussi nombreux à vouloir en être, c’est aussi car les bénéfices étaient destinés à une belle cause, à savoir l’ASBL 30 février, qui a pour objectif de créer un habitat inclusif solidaire à Assesse. «C’est un habitat groupé qui inclut des personnes en situation de précarité, et dans ce cas, ce sont des personnes présentant un handicap mental», ajoute l’organisatrice.

Jamais deux sans Mahia

Entre 14 h et 16 h, les 400 athlètes inscrits ont donc pris le départ, par vague de 40, toutes les dix minutes. Les quatre premières vagues étant destinées aux participants du 5 kilomètres et les six autres, à ceux du 10 kilomètres. Sur la petite distance, Sébastien Mahia a été le plus rapide, devançant ses concurrents, mais surtout, en gardant de l’énergie sous la basket dans le but de prendre un second départ, quelques minutes après son arrivée, sur la longue distance. Geoffrey Vanderstraeten et Thibaut Bastin ont complété le podium. Chez les dames, et pour la quatrième année consécutive, c’est dire si elle apprécie l’événement, l’athlète de l’Arch, Sophie Aerts s’est imposée. Heureuse d’avoir pu troquer ses spikes de piste contre ses baskets de running, elle espère pouvoir continuer la saison de joggings avant de partir sur les cross-countrys cet hiver.

Le plus fort, c’était Thomas

Sur la longue distance du 10 kilomètres, un duo était clairement pointé du doigt pour la victoire finale. Thomas Florizoone et Mathieu Piron ont partagé un kilomètre de la course avant de se séparer. Thomas a pris la poudre d’escampette. Passé de la piste au trail, Thomas a mis fin à sa carrière sportive voilà plusieurs années mais ne peut s’empêcher de refaire quelques apparitions ça et là, toujours en démontrant qu’il a encore de bons restes. Mathieu a terminé à la seconde place, conscient que son adversaire était bien plus fort. Sébastien Mahia est monté sur la troisième marche du podium. Chez les dames, l’Assessoise Alexandrine Renard, après avoir brillé sur le Houppy Trail de Lustin le week-end dernier, s’est imposée devant Kathy Provoost, qui a remporté sa propre vague.