CORONAVIRUS

VIDÉO | De Croo: «Si ça ne s’améliore pas, on devra prendre des mesures plus contraignantes»

Le Premier ministre Alexander De Croo était l’invité du JT de la RTBF, samedi soir. Il y a rappelé l’importance de la responsabilité collective face à la flambée de nouveaux cas de coronavirus, sans quoi de nouvelles mesures plus contraignantes pourraient être prises.

Invité dans le JT de la RTBF samedi soir, le Premier ministre Alexander De Croo a tenu à rappeler la nécessité de respecter les nouvelles mesures mises en place depuis vendredi dans notre pays. « La situation est inquiétante et grave. Nous devons tout faire pour limiter au maximum nos contacts sociaux. La règle la plus importante, c’est le bon sens. On connaît tous les règles de base, c’est très important maintenant de les appliquer».

Vers un nouveau reconfinement?

La circulation du virus gagne du terrain en Belgique. Ce dimanche encore, Sciensano communiquait des chiffres toujours en hausse. Si la tendance ne s’inverse pas dans les prochains jours, certains experts préconisent un reconfinement généralisé.

Sur la question d’un nouveau lockdown, Alexander De Croo prône plutôt la participation et la responsabilité de chacun afin d’éviter un tel scénario. «C’est à nous de prendre la décision. Est-ce que, nous les Belges, nous estimons que l’on puisse faire un effort collectif ou pas? Moi, j’ai confiance. Je pense que c’est possible de le faire, mais on compte vraiment sur tout le monde», avant d’ajouter, «Si ça ne s’améliore pas, on va devoir prendre des mesures qui seront encore plus contraignantes, et ce sera pire qu’aujourd’hui.»

Une pandémie «très dynamique»

Le Premier ministre est également revenu sur l’évolution de l’épidémie dans notre pays.

Si le virus circule aujourd’hui davantage en Wallonie et à Bruxelles, il ne faut pas, selon lui, chercher un responsable à ce boom de nouveaux cas. «Je pense que c’est une pandémie très dynamique. Il y a quelques semaines, on parlait beaucoup d’Anvers. Cela montre que ça évolue rapidement. Les mesures qui ont été prises sont là pour tout le pays. Il n’y a aucune raison de faire de distinctions. Ce n’est pas le moment d’essayer de pointer du doigt dans une direction ou dans l’autre.»