HIGH-TECH

Pas de Fortnite avant l’été 2021 pour les utilisateurs d’Apple

Pas de Fortnite avant l’été 2021 pour les utilisateurs d’Apple

L’éditeur de Fortnite s’est lancé dans une bataille contre le géant de l’électronique et des technologies, dont il juge les pratiques «tyranniques» sur iOS, son système d’exploitation d’appareils mobiles. AFP

Le jeu phénomène Fortnite ne reviendra pas sur les iPhone avant l’été 2021, à moins que son éditeur, Epic Games, ne fasse machine arrière dans sa bataille contre Apple, a confirmé vendredi la justice californienne.

Suivant le principe selon lequel «les blessures infligées à soi-même ne constituent pas des dommages irréparables», la juge Yvonne Gonzalez Rogers a refusé de forcer Apple à réinstaller le jeu de tir et de survie sur ses appareils, comme le demandait Epic Games.

L’éditeur de Fortnite s’est lancé dans une bataille contre le géant de l’électronique et des technologies, dont il juge les pratiques «tyranniques» sur iOS, son système d’exploitation d’appareils mobiles.

Il lui reproche de prélever une «taxe» beaucoup trop élevée (30%) sur les transactions des consommateurs réalisées via l’App Store.

En août, Epic Games a tenté de contourner le système de paiement d’iOS, et donc les commissions.

Epic Games n’a jamais expliqué de façon satisfaisante son empressement, autrement que par son mépris pour la situation. L’impasse actuelle est de son fait

Le géant des technologies a immédiatement banni Fortnite de son magasin, et les utilisateurs d’iPhone et d’iPad ne peuvent plus télécharger le jeu, ou, s’ils l’ont déjà, ils n’ont plus accès aux mises à jour essentielles à son bon fonctionnement.

La juge Yvonne Gonzalez Rogers avait déjà validé cette mesure d’Apple, estimant qu’il y avait clairement une rupture du contrat.

«Epic Games n’a jamais expliqué de façon satisfaisante son empressement, autrement que par son mépris pour la situation. L’impasse actuelle est de son fait», assène-t-elle dans sa décision de vendredi, rendue après l’audience de fin septembre.

Le statu quo dans le conflit entre les deux groupes devrait donc perdurer jusqu’à l’été prochain, à moins qu’Epic ne réaccepte les termes du contrat initial, la solution «raisonnable», selon la juge.