LIÈGE

Meurtre à Saint-Nicolas: les témoins de moralité décrivent Fabian Dervin comme un homme non-violent

Meurtre à Saint-Nicolas: les témoins de moralité décrivent Fabian Dervin comme un homme non-violent

Les témoins de moralité de Fabian Dervin ont été entendus vendredi matin devant la cour d’assises de Liège au procès des trois accusés de l’assassinat de Sébastien Boissart. Belga

Les témoins de moralité de Fabian Dervin ont été entendus vendredi matin devant la cour d’assises de Liège au procès des trois accusés de l’assassinat de Sébastien Boissart. Les membres de la famille de cet accusé l’ont décrit comme un homme courageux et attentif aux autres. Ils ont ajouté qu’il était un homme non-violent, toujours prêt à aider les autres.

Sébastien Boissart, un Liégeois âgé de 31 ans, avait été tué la nuit du 22 au 23 décembre 2017. Sébastien Goemans (35 ans), sa sœur Catherine Goemans (44 ans) et le dernier compagnon de celle-ci, Fabian Dervin (29 ans), sont accusés d’avoir commis un assassinat.

Les proches de Fabian Dervin ont dressé son portrait. La mère de l’accusé a exposé qu’il avait été sujet à la mort subite dans les premières semaines de sa vie. Par sa maladie, il a fait l’objet de plus d’attention de la part de ses parents et de ses frères et sœurs, au point d’être considéré dans le cercle familial comme le chouchou ou celui qui était trop gâté.

Selon sa mère, Fabian Dervin était un enfant facile qui ne connaissait pas de difficultés au niveau scolaire. Mais, durant ses études secondaires, il avait préféré arrêter pour aller travailler chez un glacier, puis chez un chauffagiste. La séparation de ses parents n’a pas été mal vécue et n’a pas eu de conséquence négative sur sa vie.

Les frères et sœurs de l’accusé, nés dans des ménages de compositions différentes, ont rapporté les traits essentiels de sa personnalité. Fabian Dervin a été décrit comme «un gros nounours», pas agressif. Tous les témoins affirment qu’il a le cœur sur la main, qu’il pense plus aux autres qu’à sa personne et qu’il est toujours prêt à rendre service. Il est courageux, honnête et fier de lui mais il ne montre pas facilement ses sentiments.

Les frères et sœurs de Fabian Dervin estiment qu’il a parfois été trop gâté et couvé par sa mère, dont il apparaissait comme le préféré. Très timide avant son adolescence, Fabian Dervin n’était pas agressif ou violent. «Il ne cherchait jamais le conflit et il essayait toujours d’arranger les choses», a précisé sa demi-sœur.

Fabian Dervin a connu une première relation sentimentale stable à la sortie de l’adolescence avec une jeune fille de l’école de coiffure. Cette relation a duré six années. «C’était un homme soigné, calme, qui évitait les disputes, qui avait peu confiance en lui et qui avait peur de mal faire. Mais il évitait les discussions. Il cherchait toujours à me faire plaisir, aux dépens du paiement de certaines factures», a précisé l’ex-compagne qui l’avait quitté par lassitude, sans avoir à lui reprocher quelque chose de concret.

Selon les membres de sa famille, Fabian Dervin avait connu une relation sentimentale épanouissante avec cette première compagne, tout aussi timide que lui. Mais cette femme semblait faite pour lui. Il avait eu du mal à accepter la rupture. Fabian Dervin s’était ensuite tourné vers Catherine Goemans, qui présentait une certaine ressemblance physique avec sa première compagne.

Lorsqu’il était en couple avec Catherine Goemans, Fabian Dervin ne l’avait pas immédiatement présentée comme sa compagne mais comme une amie. Une demi-sœur a précisé qu’il était amoureux d’elle mais qu’elle ne représentait pas la relation qui lui convenait le mieux. «Ce n’était pas quelqu’un pour mon frère. Elle était un peu trop vulgaire et trop coureuse d’hommes. Elle était aussi constamment sur son GSM, comme une adolescente de 14 ans. Je ne vois pas mon frère, avec sa prestance, à côté d’une femme comme elle», a indiqué ce témoin.

Les membres de la famille ont également relevé des changements de comportements dans le chef de Catherine Goemans. «Elle affichait une attitude différente si elle était seule ou accompagnée de son frère. Quand son frère était avec elle, elle tirait la tête», a insisté un témoin.

Les amis de Fabian Dervin l’ont également décrit comme un homme calme, serviable, protecteur, courageux et à l’écoute des autres. L’accusé était complexé à cause de son physique. Il affichait un manque de confiance en lui et ne faisait pas facilement le premier pas avec les filles. «C’était un «couillon» assez naïf», ont indiqué deux amies d’enfance.

Les derniers témoins de moralité, relatifs aux personnalités de Sébastien Goemans et Catherine Goemans, seront entendus lundi matin.