AGENDA

Ce week-end à Bruxelles, café qui réchauffe après la virée à la Côte d’Opale

Ce week-end à Bruxelles, café qui réchauffe après la virée à la Côte d’Opale

Le voyage photographique du Belge Paul D’Haese le long de 350km de côte française, entre Bray-Dunes et Le Havre, plonge dans une douce léthargie. Paul D’Haese

Envie d’ailleurs? Ne loupez pas l’expo de Paul D’Haese au Hangar, qui vous balade en nuances de blanc et pastel le long de la côte française. Réchauffez-vous ensuite avec un vrai bon café à la Brussels Coffee Week. Le festival Alimenterre vous donnera d’ailleurs des conseils pour en boire sans peser sur la planète ou sur ses agriculteurs. Et n’oubliez pas de vous envoyer en l’air grâce à l’Archiweek.

+ ET AUSSI | N’oubliez pas la nouvelle galerie « Planète Vivante » du Museum des Sciences Naturelles et ses 850 spécimens exposés. Filez aussi au MIMA avec vos kets pour voir d’autres animaux, ceux de l’expo Zoo, beaucoup plus pop et irrévérencieux. On vous conseille aussi l’expo qui soigne « Art Cares Covid », jusqu’au 24/01/21 aux Beaux-Arts.

+ CHAQUE VENDREDI | Certaines sorties n’ont pas de date de péremption: retrouvez notre sélection pour vos week-ends bruxellois dans notre agenda hebdomadaire

Pâle Côte d’Opale

Ce week-end à Bruxelles, café qui réchauffe après la virée à la Côte d’Opale
Paul D’Haese
Impossible de partir en vacances à cause du Covid-19? Offrez-vous donc une virée à la Côte d’Opale grâce au Hangar, la galerie spécialisée dans la photo contemporaine de la place du Châtelain. Bon évidemment, les clichés de Paul D’Haese rendent parfaitement compte de l’ambiance surannée, déprimante, voire carrément post-apocalyptique des stations balnéaires délaissées du nord de la France. À l’écart des centres d’intérêt conseillés par les syndicats d’initiative, le photographe belge y parcourt 350km entre Bray-Dunes et Le Havre. De ses excursions dans ce quasi-désert touristique ressortent une grande harmonie de tons entre le turquoise des volets et portes de garage, la brique des maisons, le beige du sable, le blanc cassé des crépis et le camaïeu de gris des routes sans voiture. L’atmosphère qui s’en ressent rappellera Le «P’tit Quinquin» aux fans de la série de Bruno Dumont diffusée par Arte. Mais sans ses personnages: pas âme qui vive dans ces paysages. Et comme une vision de ce que deviendra le coin débarrassé de ses humains.

+ « Borderline », une série de Paul D’Haese, à voir à Hangar Photo Art Center jusqu’au 24 octobre 2020, place du Châtelain 18 à 1050 Ixelles, entrée gratuite

La grande bouffe

Ce week-end à Bruxelles, café qui réchauffe après la virée à la Côte d’Opale
Alimenterre
«Devenez les meilleurs avocats de la cause alimentaire!» Voilà comment Olivier De Schutter, le plus célèbre des intellectuels belges engagé dans la lutte contre le réchauffement climatique, exhorte le festival Alimenterre à perpétuer ses engagements. De notre côté, on n’a pas attendu l’invitation du parrain 2020 et ex-rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation de l’ONU pour se convaincre que ce rendez-vous annuel en fait déjà beaucoup pour alarmer sur les dérives de nos assiettes. La 12e édition met une nouvelle fois les pieds dans le plat pour rencontrer «les agriculteurs du Sénégal, de France, du Malawi, d’Italie, du Brésil, de Grèce qui tous portent des combats, résistent à l’agrobusiness, reconquièrent leur souveraineté alimentaire, leur dignité». Au menu: tomates grecques qui écoutent Wagner, pain blanc industriel importé à Dakar, mouton du Piémont, sylviculture à la pelle mécanique, empoisonnement ou sécheresse agraire… en Norvège. Signalons aussi deux films jeune public («L’Odyssée de Choum» et «Ici la Terre», tourné dans une ferme-école de Spa) et enfin le Forum des Alternatives avec un «greenwashing tour» dans Bruxelles et des ateliers et débats à See-U.

+ «Festival Alimenterre», jusqu’au 11 octobre au Kinograph, la salle de cinéma de See-U aux casernes d’Ixelles. Le programme complet est en ligne. La réservation est souhaitée vu la situation sanitaire

Archibruxellois

Ce week-end à Bruxelles, café qui réchauffe après la virée à la Côte d’Opale
ÉdA – J. R.
Deux événements sur le patrimoine architectural bruxellois se tiennent conjointement ce week-end. Il y a d’abord la conclusion de la deuxième Archiweek qui propose des visites guidées dans une vingtaine de réalisations contemporaines. On vous en a parlé par ici: l’idée est de mettre en valeur les qualités architecturales de la Bruxelles d’aujourd’hui. Vous visiterez donc chantiers (l’ancien siège Philips à De Brouckère), écoles, bureaux hybrides (l’ancien siège CBR à Watermael-Boitsfort), ateliers d’architectes, logements novateurs, nouveaux espaces culturels (iMAL et Recyclart à Molenbeek, Tri Postal à Saint-Gilles), revalorisations post-industrielles, parcs ou fermes urbaines (le Chant des Cailles à Watermael-Boistfort, les Abattoirs d’Anderlecht).

+ «Archiweek 2020», organisée par urban.brussels, jusqu’au 13 octobre 2020 partout dans Bruxelles. Programme complet en ligne. Réservations nécessaires vu le contexte sanitaire

Ce week-end à Bruxelles, café qui réchauffe après la virée à la Côte d’Opale
Brussels Biennale – Neoclassic
Il y a ensuite la première édition de la Brussels Biennale – Neoclassic (BBN), qui se tient sur deux week-ends. L’idée est dans le titre: «la mise à l’honneur du patrimoine néoclassique oublié de Bruxelles» afin de comparer les enjeux des XVIII et XIXe siècle aux actuels, comme «la construction de logements, d’écoles, de lieux de loisirs et de culte face à une démographie croissante ou les défis en matière de mobilité». Des visites d’intérieurs sont prévues (Maison des Arts à Schaerbeek, l’Atelier Ernest Salu à Laeken, l’ancien Hôtel particulier devenu l’Hôtel Stanhope à Bruxelles, l’Hôtel Dewez, le Palais des Académies ou encore l’Église Saint-Pierre d’Uccle. Des promenades à pied ou vélo sont aussi au programme.

+ «Brussels Biennale – Neoclassic», jusqu’au 18 octobre 2020. Réservations obligatoires vu le contexte sanitaire

Le café reste capital(e)

Ce week-end à Bruxelles, café qui réchauffe après la virée à la Côte d’Opale
Brussels Coffee Week
Une petite jatte? C’est le bon moment: une grosse vingtaine de lieux bruxellois se réunissent jusqu’à dimanche pour la Brussels Coffee Week. Oubliez le vieux perco de papa: ici, le filtre est toute une science et l’espresso confine à la cérémonie du thé japonaise. Le corona donne évidemment des migraines à ceux qui la soignent d’habitude avec un noir serré mais qu’à cela ne tienne: les cafés et bars forcés de fermer vous filent leurs trucs et astuces en ligne avec des tutos, guides de dégustation et conférences en live sur Facebook. Pour trouver vos fèves ou votre dose de caféine dans les restos, shops et torréfacteurs qui, eux, peuvent rester ouverts, une carte est dispo en ligne pour relier ces adresses qui fleurent bon le pain grillé.

+ «Brussels Coffee Week», dans 22 lieux de Bruxelles jusqu’au 11/10/2020


Nos dernières videos