CONSO

Environ 60% des achats en ligne ont lieu le soir

Environ 60% des achats en ligne ont lieu le soir

Cybrain – Fotolia

Environ 60% des achats en ligne sont effectués le soir, selon l’enquête annuelle de Comeos, la fédération du commerce, dont les résultats sont publiés à l’occasion des dix ans de l’e-commerce en Belgique.

Des habitudes de consommation qui désavantagent les commerçants belges par rapport à ceux des pays voisins, alors que le travail de nuit commence à 20h00 en Belgique. Plus de six clients sur dix ne veulent par ailleurs pas payer pour la livraison.

Sur l’ensemble des consommateurs actifs sur Internet, 80% ont acheté en ligne au cours de l’année écoulée, contre 60% il y a dix ans, et 94% ont l’intention de le faire à l’avenir.

Les achats effectués via des appareils mobiles tels que les smartphones ou les tablettes sont particulièrement en augmentation. Quatre Belges sur dix ont ainsi utilisé leur téléphone portable pour ce faire l’an dernier, soit le double par rapport à 2015, avec un taux de 63% chez les jeunes de moins de 25 ans.

L’enquête annuelle de Comeos a été menée auprès de plus de 2.000 Belges au mois d’avril, lorsque le confinement était en vigueur en raison de la crise du coronavirus, qui semble d’ailleurs avoir donné un coup d’accélérateur à l’e-commerce. L’intention d’effectuer un achat en ligne à l’avenir était alors de 94%. La fréquence d’achat est également en augmentation: 1 sur 5 le fait au moins une fois par semaine, et surtout le soir.

Les achats ont augmenté pour toutes les catégories de produits au cours de l’année dernière. La mode reste le numéro 1 incontesté: sur l’ensemble des Belges ayant effectué un achat en ligne au cours des douze derniers mois, 68% ont acheté un article de mode (+7% par rapport à l’année dernière et presque 30% de plus qu’il y a dix ans). Les loisirs occupent la deuxième position et Health&Beauty est, en très forte augmentation (+19% par rapport à 2018), prend la 3e place.

Environ la moitié des achats en ligne se fait sur une plateforme où sont rassemblés différentes marques et plusieurs commerçants. Seul un achat sur quatre a lieu directement sur la boutique en ligne du commerçant.

Enfin, les magasins physiques ne sont pas boudés à cause de l’e-commerce. Plus de la moitié des répondants (55%) a ainsi fait du ‘webrooming’ l’année dernière. Ils ont d’abord trouvé de l’inspiration sur internet et ensuite font un achat réfléchi dans un magasin. Le phénomène inverse (showrooming) n’a intéressé que 28% des répondants.