BRUXELLES

Prêts proxi, c’est parti: les Bruxellois pourront prêter aux entreprises de leur quartier

Prêts proxi, c’est parti: les Bruxellois pourront prêter aux entreprises de leur quartier

(Illustration) Milan – stock.adobe.com

Le gouvernement bruxellois a approuvé le recours aux «prêts proxi» pour les entrepreneurs de la Région. Les particuliers pourront dès le 15 octobre prêter une partie de leur épargne à des entreprises de leur quartier. Le taux d’intérêt sera compris entre 0,875 et 1,75%.

Le gouvernement bruxellois a approuvé mardi le recours aux «prêts proxi» pour les entrepreneurs de la Région. Les particuliers pourront ainsi dès le 15 octobre prêter une partie de leur épargne à des entreprises de leur quartier. Le créancier bénéficiera en retour d’avantages fiscaux sous la forme d’un crédit d’impôt. Le prêt proxi sera géré par le Fonds bruxellois de garantie.

Tous les indépendants, PME et associations établis en Région bruxelloise pourront obtenir un soutien financier par cette voie. Le prêt court sur 5 ou 8 ans et peut être remboursé en une fois, mensuellement, trimestriellement, semestriellement ou annuellement. Il ne peut servir qu’à une activité entrepreneuriale. Le taux d’intérêt sera compris entre 0,875 et 1,75%, soit le seuil légal pour 2020.

La personne qui prête pourra investir par entreprise un maximum de 75.000 euros par année fiscale avec un maximum absolu de 200.000 euros. L’entreprise ne pourra, elle, pas emprunter au-delà de 300.000 euros. Le prêteur bénéficiera d’un crédit d’impôt de maximum 4% par an du montant prêté pendant les 3 premières années et de 2,5% pendant la durée restante du prêt proxi. Par ailleurs, si l’emprunteur n’est pas en mesure de rembourser, le prêteur récupère 30% du montant restant dû grâce à un crédit d’impôt unique.

«Cette mesure va profiter à toutes les parties: aux citoyens via le crédit d’impôt, aux entreprises via ces prêts à un taux d’intérêt préférentiel, et à la Région au travers des investissements faits dans l’économie bruxelloise réelle», ont indiqué Barbara Trachte, secrétaire d’État de la Transition économique, et Sven Gatz, ministre des Finances et du Budget.