JUDICIAIRE

Une tentative d’évasion ratée, de l’affection malgré l’escroquerie… ces étonnantes affaires judiciaires survenues en Wallonie

Une tentative d’évasion ratée, de l’affection malgré l’escroquerie… ces étonnantes affaires judiciaires survenues en Wallonie

DayPress/JMDER

Junior voulait s’évader, pas faire couler du sang; Escroquée par son aide-soignante, elle lui conserve de l’affection; Il n’a pas aimé que sa belle-fille de 12 ans reçoive une lettre d’amour… Découvrez ces histoires survenues cette semaine dans les tribunaux en Wallonie.

Conflit de voisinage, vol, infraction au code de la route, agression, autant de motifs de se retrouver face au tribunal. S’il existe une multitude d’alternatives pour l’éviter, force est de constater que nos tribunaux sont pleins. Face à ces hommes et ces femmes pris en défaut: un juge. À lui de juger les arguments de chacun pour ensuite opter pour la compréhension, le sermon et parfois la punition.

Mais il faut bien reconnaître que parfois, il est difficile de détecter la sincérité de la mauvaise foi. En effet certains usent de fourberie quand ils font face au tribunal. Toutes les excuses sont bonnes.

L’Avenir vous invite à découvrir ces petites scènes insolites de vos tribunaux mais aussi des tranches de vie.

1.«Je ne suis pas raciste, j’ai un tatouage de Bob Marley»

Fabien n’a pas apprécié qu’une femme enceinte le dépasse dans la file au centre médicale. Ce jour-là, Célia, enceinte de 6 mois, a été tabassée par Fabien qui s’en est aussi pris à une infirmière. Des coups et des insultes racistes dont l’homme se défend d’une façon assez pathétique: «Je ne suis pas raciste, j’ai un tatouage de Bob Marley».

Mais cette journée aura une conséquence tragique pour Célia.

+ LIRE NOTRE COMPTE-RENDU D’AUDIENCE

2.Escroquée par son aide-soignante, elle lui conserve de l’affection

On aurait pu vu raconter une banale (mais triste) escroquerie de personne âgée. Mais lors de l’audience au tribunal correctionnel de Charleroi, c’est une histoire d’amitié, de confiance et de détresse humaine qui a été racontée. L’aide-soignante a dérobé 4 000€ à une octogénaire.

+ LIRE NOTRE COMPTE-RENDU D’AUDIENCE

Il a eu de la chance de passer à Marche où le tribunal de police accorde des suspensions probatoires comme des petits pains à la boulangerie

+ LIRE L’ARTICLE

3.En rage folle au sujet d’une lettre d’amour envoyée à sa belle-fille de 12 ans

Fabrice a été hors de lui lorsqu’il a découvert une lettre d’amour glissée dans le cartable de sa belle-fille de 12 ans. Il n’a pas hésité à la gifler violemment. Raison pour laquelle il se retrouve au tribunal correctionnel de Charleroi. Mais depuis, les choses se sont apaisées entre Fabrice et sa belle-fille.

+ LIRE NOTRE COMPTE-RENDU D’AUDIENCE

4.Junior voulait s’évader, pas faire couler du sang

Emprisonné pour un violent home-jacking, Junior nourrissait le projet de jouer la fille de l’air. Et l’ex-boxeur, âgé de 25 ans, s’est dit que prendre en otage la directrice de la prison était le meilleur moyen de quitter lieux. Les choses ne sont pas déroulées comme il l’espérait et un agent pénitenciaire a été grièvement blessé.

+ LIRE NOTRE COMPTE-RENDU D’AUDIENCE

5.La mort de son ex-petite amie était un accident mais la personnalité de l’auteur pose question

Camille avait 16 ans lorsqu’elle est décédée dans un accident de voiture. Au volant, son compagnon est pointé du doigt. Entre la jeune fille et Cyrille, la situation était houleuse. Le garçon lui avait déjà porté des coups. Camille avait confié à une amie craindre pour sa vie

Le tribunal correctionnel de Neufchâteau a rendu son jugement. Il n’a pas retenu l’homicide volontaire. La juge Françoise Hertay a cependant tenu compte de l’absence de remise en question du prévenu. «Il n’a pas semblé saisir la gravité des faits, ni même se soucier véritablement de la peine causée à la famille», signale-t-elle dans le jugement, ajoutant que la personnalité du jeune homme «pose question».

+ LIRE NOTRE COMPTE-RENDU D’AUDIENCE

Mais encore…

Des audiences sous la pluie

Cela s’est passé ce lundi au palais de justice de Mons. Malgré certaines rénovations durant cet été, de l’eau, s’est infiltrée puis a ruisselé dans une des salles d’audience. Assez d’eau pour devoir déployer des moyens… de fortune.

+ LIRE L’ARTICLE