MONS & CENTRE

Nouveau gouvernement fédéral: quel impact à Mons-Centre?

Nouveau gouvernement fédéral: quel impact à Mons-Centre?

C’est dans l’enceinte du parlement européen que Leslie Leoni a prêté serment pour la première fois en tant que députée à la Chambre des Représentants. Facebook/J. Gobert

La nomination d’un nouvel exécutif fédéral a un effet domino dans les gouvernements des entités fédérées et dans les assemblées législatives. On fait le point pour la région de Mons et du Centre.

Le casting du gouvernement fédéral n’a révélé aucun élu originaire de la région de Mons ou du Centre. Néanmoins, il n’est pas sans conséquence sur les mandats de parlementaires de la région ou d’élus locaux.

Et c’est surtout au sein de la famille libérale que les changements sont les plus importants. Au MR, quatre ministres sortants font leur retour à la Chambre des représentants. Parmi eux, deux Hennuyers: Marie-Christine Marghem et Denis Ducarme. Ceux-ci étaient suppléés par Isabelle Galant et Benoît Friart qui redeviennent bourgmestres à temps plein, la première de Lens, le second du Rœulx.

Depuis 2017, Isabelle Galant a multiplié les aller-retour à la Chambre. Figurant déjà comme suppléante sur la liste MR aux élections de 2014, elle avait été appelée à la Chambre pour remplacer Denis Ducarme, nommé ministre. Elle a exercé le mandat de députée jusqu’aux élections de mai 2019.

En mars 2020, la formation d’un gouvernement de plein exercice l’avait amenée à remplacer cette fois Marie-Christine Marghem, nommée à l’exécutif. Isabelle Galant figurait à la deuxième place de la liste des suppléants MR.

Derrière Benoît Friart, qui aurait dû rester député, la volonté de son président de parti Georges-Louis Bouchez ayant été de recaser Denis Ducarme au gouvernement wallon, à la place de Valérie De Bue.

Mais le boss du MR a oublié un décret imposant un minimum d’un tiers de femmes (ou d’hommes) au sein du gouvernement. Décret qui a eu raison de ce remaniement foireux et qui en conséquence renvoie Benoît Friart sur ses terres rhodiennes…

Une Louviéroise remplace une Tournaisienne

L’autre changement touche la famille socialiste. Nommée ministre de la Défense, la Tournaisienne Ludivine Dedonder cède son siège de députée fédérale à une Louviéroise: Leslie Leoni, échevine en charge de la Culture. Cette dernière a connu une ascension politique fulgurante: elle figurait pour la première fois sur une liste électorale en 2018, pour les élections communales.

Élue, elle est directement catapultée au collège communal. Et moins de deux ans plus tard, la voici à l’échelon national. Elle renforcera la présence de la région du Centre au sein du groupe PS de la Chambre puisqu’elle y côtoiera le Sonégien Patrick Prévot et une autre Louviéroise, Laurence Zanchetta.