POLITIQUE

Alexander De Croo a fait sa déclaration gouvernementale devant les députés de la Chambre

Alors que les 20 membres du nouvel exécutif au niveau fédéral ont prêté serment face au roi ce jeudi matin à 10 heures, Alexander De Croo a demandé la confiance du Parlement après avoir fait sa déclaration gouvernementale devant les députés fédéraux.

Le nouveau gouvernement De Croo a prêté serment devant le roi, jeudi matin. Alexander De Croo, nouveau Premier ministre succède à Sophie Wilmès, qui deviendra ministre des Affaires étrangères dans ce gouvernement.

 

 

La Première ministre sortante, Sophie Wilmès, a d’abord été reçue en audience par le roi avec l’arrêté royal organisant la nomination du nouveau Premier ministre. Alexander De Croo a ensuite apporté l’arrêté royal qui acte la démission de Sophie Wilmès et la nomination des nouveaux membres du gouvernement.

Alexander De Croo a fait sa déclaration gouvernementale devant les députés de la Chambre
La passation de pouvoir. Photo News

En début d’après-midi, Alexander De Croo était attendu au Parlement européen (pour des raisons sanitaires, celui-ci étant plus grand et permettant donc la distanciation entre tous les députés) afin d’y faire sa déclaration gouvernementale et de demander la confiance des députés.

Alexander De Croo a fait sa déclaration gouvernementale devant les députés de la Chambre
Exceptionnellement, cette déclaration s’est faite au Parlement européen, d’une capacité d’accueil permettant le respect des normes sanitaires. BELGA

«Il nous faut rétablir la confiance. Pas seulement au sens économique du terme, mais surtout au sens politique», a déclaré jeudi Alexander De Croo. Le nouveau Premier ministre a prononcé sa déclaration gouvernementale ce jeudi 1er octobre comme la «Vivaldi» s’y était engagée. La séance a été délocalisée pour l’occasion au Parlement européen à Bruxelles afin de permettre aux 150 députés fédéraux d’être présents.

Alexander De Croo a présenté les grandes lignes de l’accord de gouvernement conclu mercredi à l’aube entre les libéraux, les socialistes, les écologistes et les chrétiens-démocrates flamands du CD&V.

Il a mis en avant les mesures sociales envisagées, dont une pension qui tendra «vers» les 1.500 euros ou encore le refinancement des soins de santé.

«Cet accord est le plus vert de l’histoire», a-t-il ajouté. «Il ne faut pas opposer écologie et économie. L’une et l’autre doivent se renforcer.»

 

Du «verbiage positif» selon la N-VA

Peter De Roover, le chef de groupe N-VA à la Chambre, a qualifié sur la VRT ce discours de «verbiage positif», censée cacher de «nombreuses contradictions» au sein de la nouvelle équipe gouvernementale. Selon lui, cette déclaration n’a pas suscité beaucoup d’enthousiasme.

Peter De Roover a salué certains points de l’accord de gouvernement rendu public ce mercredi, notamment l’ambition de relever de taux d’emploi à 80%. «Mais la question demeure: comment réalisez-vous cela? Je ne lis que très peu de mesures d’activation dans l’accord.»

Selon le chef de groupe N-VA, l’accord contient des mesures «délibérément vagues» et manque de mesures concrètes. Selon lui, l’objectif du nouveau gouvernement est surtout d’»éliminer la N-VA» et de combler le fossé entre la Wallonie et la Flandre. «On peut mettre ça et là un peu de vernis, mais c’est une très fine couche», a-t-il lancé.

A propos de la composition du gouvernement, Patrick de Roover dit attendre de voir à l’oeuvre les nouveaux venus. A propos du retour aux affaires de Frank Vandenbroucke, il se demande si «malgré ses connaissances techniques incontestables, on ne pourrait pas retirer un vieux cheval de l’écurie.»

Enfin, «ce n’est pas la figure de Sammy Mahdi qui pose problème», a-t-il ajouté à propos de la nomination du CD&V comme secrétaire d’Etat à l’Asile et la migration. «Mais le fait qu’il devra mener la politique d’Ecolo-Groen.»

Lors de la séance consacrée à la déclaration gouvernementale, la N-VA s’est montrée discrète et n’a pas pris la parole. Reste qu’avec ses 24 sièges, le parti nationaliste flamand devient la première force d’opposition au gouvernement De Croo.

 

Alexander De Croo a également évoqué le développement économique. «Si vous voulez être social, vous devez d’abord créer de la richesse. C’est pourquoi la création d’emplois est une priorité absolue», a-t-il déclaré.

Le gouvernement s’est aussi engagé en faveur de la digitalisation, de la lutte contre les fake news, de l’abaissement de l’âge légal de vote à 16 ans pour les élections européennes ou encore d’une réforme du financement des partis.

«Bref nous lançons une trajectoire de réforme pour que politique rime davantage avec éthique dans notre pays, pour remettre le citoyen au coeur des préoccupations. Car l’immobilisme politique, le cynisme et l’intérêt personnel ont trop primé ces dernières années.»

Largement applaudi sur les bancs de la majorité, Alexander De Croo a demandé la confiance de la Chambre. Celle-ci doit se traduire par un vote 48 heures plus tard, soit samedi à 14h30, samedi. Le débat sur la déclaration gouvernementale débutera demain/vendredi à 10h00.

 

 

Les grandes lignes de la déclaration gouvernementale

 

Un pays solidaire

 

- Investissement dans les soins de santé, avec un effort particulier pour la santé mentale

- Introduction de réformes pour rendre le système des soins de santé plus efficient

- Pérennisation du financement de la sécurité sociale, renforcement à l’aide de la lutte contre la fraude fiscale

- Pensions progressivement relevées pour atteindre 1500 euros nets, rapprochement des différents régimes (salariés, fonctionnaires, indépendants)

- Congés parentaux revalorisés

- Lutte contre la pauvreté

 

Un pays prospère

 

- Objectif: taux d’emploi de 80% minimum à l’horizon 2030

- Plan de relance et d’investissement de 4,7 milliards d’euros pour donner «un puissant coup de fouet» à l’économie

- Préparation d’une grande réforme fiscale et allégement de la fiscalité des ménages

- Lutte contre la fraude fiscale «sans relâche»

 

Un pays durable

 

- Réduction des gaz à effet de serre de 55% à l’horizon 2030 et neutralité climatique pour 2050

- Développement du renouvelable, principalement éolien et solaire

- Soutien au transport ferroviaire et à l’intermodalité, développement de la mobilité douce

 

Un pays sûr

 

- Le gouvernement investira «considérablement» dans la sécurité et la justice, investissements dans la numérisation de la justice et en faveur du personnel

- Renforcement de la police et plus grande marge de manœuvre octroyée aux bourgmestres

 

Un pays de coopération et de respect

 

- Ouverture d’un large débat démocratique sur la structure de l’État, impliquant citoyens, société civile et milieux académiques. L’objectif est une répartition «plus homogène et plus efficace des compétences dans le respect des principes de subsidiarité et de solidarité interpersonnelle».

- Préparation d’une réforme de l’État pour 2024 qui conduira «à un renforcement des entités fédérées dans leur autonomie et du niveau fédéral dans son pouvoir».

- Renouveau politique: nouvelles formes de participation et initiatives citoyennes

La Belgique: une voix forte dans l’Europe et dans le monde

- Confirmation de l’engagement proeuropéen de la Belgique, qui présidera le Conseil de l’Union européenne en 2024

- Approche «juste» et «humaine» en matière d’asile et de migration