POLITIQUE

Accord de gouvernement fédéral: la Ligue des familles et Test Achats entre satisfaction et déception

Accord de gouvernement fédéral: la Ligue des familles et Test Achats entre satisfaction et déception

D.R.

Test Achats se dit «très satisfaite du contenu de la note des formateurs aujourd’hui disponible», y voyant bon nombre de ses points de travail et de combat de ces derniers mois, indique mercredi un communiqué de l’association de consommateurs. Selon elle, la note fait preuve «d’ambition quand elle aborde la question d’une énergie abordable». Du côté de la Ligue des familles, on estime qu’au vu de cette note, l’accord de gouvernement pouvait «mieux faire» car les familles, «précarisées par la crise et négligées pendant le confinement, avaient des attentes importantes».

Pour Test Achats, il est fondamental de travailler sur l’accessibilité, la transparence et l’équité de la facture d’énergie afin de préserver le pouvoir d’achat des gens et il faut que le marché de l’énergie fonctionne de manière optimale pour permettre aux consommateurs de changer facilement de fournisseurs.

Autre point positif relevé par Test-Achats, le fait que la Vivaldi s’engage à évaluer la loi class action (procédure collective) de 2014, outil qui «a démontré des obstacles, des lenteurs et d’autres problèmes pratiques» mais qui est essentiel de la protection du consommateur et de l’accès à la justice. Dans ce cadre, Test Achats a eu l’occasion de regrouper des milliers de consommateurs lésés dans des affaires emblématiques comme Ryanair, Facebook ou le Dieselgate.

L’association apprécie aussi que le futur gouvernement s’engage à veiller à ce que «l’accès aux services bancaires de base ne reste pas lettre morte pour les groupes vulnérables».

Test Achats salue encore que la note formule le souhait partagé de faire de l’obsolescence programmée «une pratique commerciale déloyale» sanctionnée.

Enfin, le chapitre «santé» comprend également des intentions intéressantes qu’il faudra concrétiser, selon l’association: les suppléments d’honoraires à mieux réguler, des indicateurs de qualité des soignants et des institutions de soins, le refinancement des hôpitaux.

«Nous attendions des avancées significatives en matière de conciliation entre travail et vie de famille et de soutien aux familles en difficulté», rappelle pour sa part Christophe Cocu, Directeur général de la Ligue des familles. «Nous relevons une note très positive: l’allongement du congé de paternité de 10 à 20 jours qui se confirme, c’est un premier aboutissement de notre combat pour un congé de naissance de 15 semaines pour chaque parent. Le gouvernement s’engage en outre en faveur d’un congé fermeture d’école, ce qui était une demande de la Ligue des familles. La fin, enfin, des enfants en centres fermés est également à saluer. Au-delà de ces trois points, si nous relevons des intentions très louables, nous constatons surtout un grand flou quant à la manière de la concrétiser».

Et M. Cocu de poursuivre...»On sent une préoccupation, ou du moins un intérêt, pour certains publics et certaines situations, les familles monoparentales, les difficultés de conciliation entre travail et vie de famille, les nouvelles formes de familles... Toutefois, le simple fait de les citer dans un accord de gouvernement ne va pas résoudre leurs problèmes. Nous attendions des objectifs ambitieux et des mesures précises, ce n’est pas le cas ici».