MOUSCRON/TOURNAI/ATH

Les mesures Covid prolongées jusqu’au 31 octobre

Les mesures Covid prolongées jusqu’au 31 octobre

Les bourgmestres de Tournai, Mouscron et Ath ont communiqué d’une voix. Leurs propos ont été appuyés par le président de l’association des médecins généraliste de Mouscron. ÉdA – 50947598301

Ath, Tournai et Mouscron préconisent ensemble que toutes les mesures sanitaires continuent au moins durant un mois encore. Leur message: oubliez ce qu’a dit la Première ministre...

À l’initiative du bourgmestre de Tournai, Paul-Olivier Delannois, une conférence de presse commune avec les bourgmestres de Mouscron et d’Ath a été donnée ce mercredi, en terres hurlues, sur proposition de Brigitte Aubert.

La situation Covid n’est pas la meilleure sur les trois plus grandes villes de Wallonie picarde, Mouscron largement en tête, et il était important de communiquer ensemble, sur une même longueur d’ondes.

Pourquoi plus à Mouscron qu’ailleurs? On ne comprend pas!

Brigitte Aubert a indiqué que «ce sont les jeunes de moins de 20 ans qui sont les plus nombreux en cas positifs», l’expliquant par la reprise des cours, du travail, des loisirs sportifs...

Le trio ne souhaite pas pour autant stigmatiser cette frange de la population. «On en appelle à la responsabilité collective.»

C’est d’autant plus intéressant de le noter qu’on peut douter d’une présence des jeunes devant leur écran pour suivre une conférence de presse politique, un mercredi après-midi...

«On est très préoccupés par la situation. Il y a des comportements individuels qu’on ne maîtrise pas, comme les jeunes qui vont faire la fête ensemble, en France, en zone rouge...», a rajouté le bourgmestre d’Ath, Bruno Lefebvre.

Le port du masque commençait tout doucement à être compris par la population!

De son côté, M. Delannoy ne se montre pas tendre avec le CNS.

«Son message est que le masque ne sera plus obligatoire à partir du 1er octobre. Ce message, face à tous les signaux, est un mauvais signal.»

Les trois bourgmestres ont été complétés par le Docteur Alain Leroy, président de l’association des médecins généraliste de Mouscron.

«Au CHM, où il y a plus de 300 testings par jour, l’évolution des tests positifs réalisés sur prescription monte fortement. Il y a une augmentation exponentielle depuis septembre.»

L’explication s’avère compliquée à trouver «puisque la population est assez compliante».

Le virus se fout pas mal de la frontière

La réponse pour la situation mouscronnoise ne se trouverait tout simplement pas du côté de la France où la vis est serrée avec des fermetures plus tôt de bar et des lieux sportifs totalement fermés, et où la déferlante se vit donc à Mouscron, propageant le virus chez nous?

Brigitte Aubert rencontrera la semaine prochaine les maires de Roubaix, Wattrelos et Neuville-en-Ferrain afin qu’ils sensibilisent la population au cas mouscronnois... On peut malheureusement douter d’un message qu’ils feront passer outre-Quievrain.

Tous les détails dans L’Avenir de ce jeudi 1er octobre, sur tablette, smartphone ou PC