POLITIQUE

«Promesses trahies» ou «Succès»: la future opposition partagée entre contestation et félicitations

«Promesses trahies» ou «Succès»: la future opposition partagée entre contestation et félicitations

L’opposition n’adopte pas le même discours à l’annonce d’un nouveau gouvernement belge. Twitter – Photo News

Contrairement à DéFi et au cdH qui souhaitent le succès la coalition Vivaldi qui dirigera le pays, le PTB et la N-VA annoncent déjà une opposition dure.

Les responsables de plusieurs partis qui composeront la future opposition à la coalition Vivaldi ont réagi à l’annonce d’un accord de gouvernement, ce mercredi matin. Et certains montrent déjà les dents.

Raoul Hedebouw, chef de groupe PTB à la Chambre, évoque ainsi un «gouvernement des promesses trahies» à la lecture du contour de l’accord de gouvernement. Il dénonce notamment l’absence du retour à la pension à 65 ans et de l’impôt sur la fortune. «La poursuite de la politique libérale du gouvernement Michel, écrit-il d’ailleurs sur Twitter. Je promets une chose: une forte opposition de gauche.»

+ À LIRE AUSSI | Formation fédérale: les négociateurs se félicitent d’«un accord équilibré»

La N-VA dénonce par ailleurs un gouvernement sans majorité et sans «légitimité démocratique» côté flamand. Sur Twitter, le député nationaliste Theo Francken prend la pose poing serré devant un drapeau nationaliste flamand et promet de combattre le projet gouvernemental «sur terre, en mer et dans les airs».

 

 

Le chef de groupe N-VA à la Chambre, Peter De Roover, a prédit quant à lui mercredi à la nouvelle coalition Vivaldi encore «beaucoup de chamailleries» dans le fonctionnement du futur gouvernement. Avoir comme principal point commun la N-VA comme ennemi ne sera pas suffisant au moment de concrétiser l’accord de gouvernement, promet-il, parlant d’un accord «gris», dilué, où l’on trouverait en quelque sorte à boire et à manger.

«C’est logique, car cela reflète le grand écart qu’il a fallu faire pour rassembler sept partis», analyse-t-il. C’est sur cette base, entre autres, qu’il s’attend à des «chamailleries» autour des futures politiques. «La cohésion, c’est la N-VA. Quand les choses devront devenir concrètes, cet ennemi commun ne suffira plus», a ajouté Peter De Roover.

Le président de DéFi François De Smet souhaite lui bon vent à la coalition Vivaldi et au futur Premier ministre, ajoutant que sa formation se montrera constructive et vigilante. «Puissent-ils parvenir à surmonter ce qui les divise. Puissent-ils guider au mieux ce pays dans les nombreuses crises qu’il traverse», réagit-il.

Aux yeux de Maxime Prévot, président du cdH, Alexander De Croo a les «qualités pour la fonction» de Premier ministre. «Reste à voir si ce chef d’orchestre de la Vivaldi permettra une partition sans fausses notes», poursuit-il. Le chrétien-démocrate souhaite un «plein succès» à la nouvelle équipe gouvernementale dans l’intérêt de la Belgique.