POLITIQUE

Alexander De Croo annoncé comme Premier ministre: «Le travail qui nous attend est énorme»

Alexander De Croo annoncé comme Premier ministre: «Le travail qui nous attend est énorme»

Alexander De Croo devrait être le futur Premier ministre. Photo News

Le casting gouvernemental se concrétise. C’est Alexander De Croo (Open Vld) qui sera Premier ministre.

+ À LIRE AUSSI | Formation fédérale : un accord en phase de relecture

Alexander De Croo (Open Vld) sera le Premier ministre de la coalition Vivaldi, a-t-on appris ce mercredi matin. Il succédera à Sophie Wilmès (MR).

+ À LIRE AUSSI | Formation fédérale : les négociateurs se félicitent d’« un accord équilibré »

L’information a été confirmée par Paul Magnette au cours d’une conférence de presse organisée en fin de matinée.

+ À LIRE AUSSI | « Promesses trahies » ou « Succès » : la future opposition partagée entre contestation et félicitations

Le nouveau gouvernement fédéral entend travailler autrement, a assuré ce mercredi le futur Premier ministre, Alexander De Croo, au cours d’une déclaration faite conjointement avec le co-formateur et président du PS, Paul Magnette.

«Je réalise que beaucoup de gens sont sceptiques, disent qu’ils veulent voir avant de croire. À nous de prouver qu’on travaille, qu’on a les bonnes priorités, qu’on a les pieds bien dans le sol. Cet accord est un point de départ pour faire de la politique autrement, avec plus de pragmatisme et de respect», a souligné Alexandre De Croo, insistant sur le travail d’équipe et l’esprit de collaboration qui a permis la mise sur pied de la coalition Vivaldi.

Le libéral a rappelé les défis que devra affronter le nouveau gouvernement, à commencer par la crise du coronavirus: «Le travail qui nous attend est énorme.»

Après 16 mois de crise, la Belgique peut enfin compter sur un nouveau gouvernement fédéral, disposant d’une majorité parlementaire. Mais entretemps, la confiance des citoyens dans la politique s’est érodée. «Nous avons un travail énorme à faire pour regagner cette confiance. Il faut maintenant faire fonctionner cette équipe», a souligné Paul Magnette. Et d’ajouter: «Notre pays a besoin de sérénité, de respect, d’un personnel politique qui n’est pas là d’abord pour se disputer mais pour être au service des citoyens».

Plus tôt dans la journée, le président des libéraux flamands et le président du PS, l’autre formateur, s’étaient rendus au Palais royal pour remettre leur rapport. À leur sortie, ils ont reçu une journée de plus pour former un gouvernement.

Les présidents de parti doivent se revoir à midi pour achever les discussions sur la répartition des compétences. Une conférence de presse devrait suivre.