FOOTBALL

Un des joueurs rochois n’aurait pas dû s’aligner à Arlon

Un des joueurs rochois  n’aurait pas dû s’aligner à Arlon

Les Arlonais avaient moins le sourire quand ils ont appris qu’un joueur adverse était atteint du Covid. ÉdA – 50944853639

La Roche s’est déplacée à Arlon avec un joueur qui venait de se faire tester pour le Covid, sans en connaître le résultat. Le règlement ne l’interdisait pas, mais sur le plan moral, la démarche est pour le moins discutable.

La Roche ne jouera pas ce prochain samedi, contre Freylange. L’un de ses joueurs, testé le week-end passé, a en effet reçu lundi la confirmation qu’il est atteint du Covid-19.

Si de sérieux soupçons pesaient déjà durant le week-end à ce sujet, le joueur en question s’est quand même aligné dimanche, sur la pelouse du FC Arlon. Sans doute parce qu’ils se déplaçaient chez le leader et parce qu’ils avaient besoin de toutes leurs forces vives, les Rochois ont quand même pris le risque de l’intégrer dans le onze. On ne sait qui, chez les Rouge et Blanc, a pris la responsabilité de cette décision (il semble toutefois que le comité n’a pas donné son accord), mais elle suscite forcément le débat. Voire le courroux du camp arlonais.

Certes, réglementairement, rien n’interdisait qu’il soit aligné puisqu’il n’avait pas encore les résultats de son test. Et rien ne permettait non plus de faire remettre le match – les Rochois ont d’ailleurs sondé le CP dès samedi à ce sujet – puisqu’un certificat est nécessaire à cet effet. Mais rien n’empêchait le joueur de rester chez lui puisqu’il faisait courir un risque à ses équipiers (risque accepté toutefois par ceux-ci), à ses adversaires (qui, eux, n’ont appris l’information que plusieurs heures après le match) et surtout aux personnes, parfois âgées et donc plus vulnérables, qu’il a côtoyées lors de son passage au stade, à la buvette notamment.

Pour l’exemple

Nous ne mentionnerons pas ici le nom du joueur en question. Parce que son cas relève du secret médical. Parce qu’il a peut-être subi diverses influences pour prendre place sur la pelouse. Et parce qu’il ne s’agit pas de pointer d’un doigt accusateur une personne en particulier ni même un club dès lors que les abus et manques de respect des règles Covid sont loin d’être des cas isolés jusqu’ici (et il suffit d’aller jeter un œil autour des pelouses pour s’en convaincre).

Il convient cependant de mettre en évidence, à titre d’exemple surtout, ce comportement répréhensible. Qui apparaîtra peut-être anodin aux yeux de quelques-uns, mais certainement pas pour une large majorité, inquiète face à la hausse régulière des cas de Covid ces dernières semaines.

Il y a peu, Guillaume Gillet a préféré faire l’impasse sur le choc devant opposer le Sporting de Charleroi au Beerschot dès lors qu’il n’avait pas encore obtenu les résultats de son test. Quand des professionnels acceptent de renvoyer au second rang des enjeux pourtant bien plus élevés qu’aux échelons inférieurs, on est en droit d’en attendre autant de la part de footballeurs amateurs, quels que soient le contexte et l’importance de la rencontre.

Les risques d’une saison blanche

D’autant qu’au-delà même des soucis sanitaires que tout cela implique, c’est aussi l’avenir d’une saison complète de football qui pourrait être remis en question. Parce qu’en Région wallonne, le nombre de matches reportés pour cas de Covid n’a eu de cesse d’augmenter week-end après week-end, depuis la reprise de la compétition. Et cela inquiète sérieusement les responsables régionaux et provinciaux.