BELGIQUE

Le boss de bpost pourrait être interrogé par le FBI

Le boss de bpost pourrait être interrogé par le FBI

BELGA

Le CEO de bpost, Jean-Paul Van Avermaet, doit faire la clarté sur sa situation cette semaine devant le conseil d’administration de l’entreprise publique, et notamment sur sa capacité à se rendre en Amérique du Nord, a indiqué mardi le ministre des Télécoms, Philippe De Backer, devant la commission des Entreprises publiques de la Chambre.

Le patron de la poste est concerné par une enquête de l’Autorité belge de la concurrence, qui suspecte une entente illégale sur les prix entre différentes sociétés de sécurité et de gardiennage dont G4S (avec Securitas et Seris), qu’il dirigeait auparavant. Une enquête est aussi menée par le ministère américain de la Justice, avec d’importantes conséquences pour le patron et son entreprise. M. Van Avermaet pourrait être empêché de se rendre aux États-Unis car il risque d’y être arrêté pour être interrogé par le FBI.

Le ministre Open Vld a rappelé ses principes à l’égard des entreprises publiques autonomes, à savoir qu’il incombait au conseil d’administration de prendre ses responsabilités. Il n’a pas été informé des enquêtes ouvertes en Belgique et aux États-Unis visant M. Van Avermaet, présumé innocent, a-t-il fait remarquer.

Le CEO doit apporter de la «transparence» sur sa situation devant son conseil d’administration. Il lui a notamment été demandé de confirmer par écrit qu’il pouvait se rendre dans toutes les filiales du groupe (dont la filiale américaine Radial). Aux yeux du ministre, il va d’ailleurs de soi qu’un chef d’entreprise de cette envergure doit être en mesure de voyager partout dans le monde pour y nouer des relations et conclure des affaires, «notamment en Amérique du Nord».