JUDICIAIRE

Jean-Charles Luperto condamné pour des faits d’outrages aux mœurs

Jean-Charles Luperto condamné pour des faits d’outrages aux mœurs

Luperto écope de 6 mois de prison avec sursis. BELGA/THIERRY ROGE

Ce mardi matin, la cour d’appel de Liège a condamné Jean-Charles Luperto député-bourgmestre de Sambreville (46 ans), poursuivi pour des faits d’outrages aux mœurs commis en 2014 à la station-service de Spy, notamment devant un mineur d’âge. Le député-bourgmestre de Sambreville écope d’une peine de 6 mois de prison avec sursis de deux ans et à une amende de 600 euros avec sursis .

Jean-Charles Luperto répondait de quatre scènes d’outrages publics aux mœurs, commises en présence de quatre personnes différentes. Les victimes étaient un enfant de 9 ans, deux hommes et une dame.

Pour rappel, le parquet général avait requis entre 6 et 8 mois de prison avec sursis. Au lendemain de la dernière audience, un homme a découvert que l’affaire Luperto n’était pas encore jugée et a estimé qu’il devait apporter un témoignage concernant la reconnaissance d’un suspect par le mineur d’âge. Celui-ci a contacté Jean-Charles Luperto sur son GSM pour déclarer que les enquêteurs avaient laissé leur dossier au domicile de la maman du mineur d’âge avant d’entendre ce dernier. Il a déclaré qu’il était en relation avec la mère de l’enfant au moment de l’audition de celui-ci. Le parquet général a estimé que ce témoignage serait une «manœuvre assez maladroite de Jean-Charles Luperto» et que ce témoignage ne changeait pas le fond du dossier. La cour a également estimé que ce témoignage tardif n’était pas de nature à innerver la culpabilité de Jean-Charles Luperto.

 

«Cette affaire ne fait que de débuter!»

 

L’intéressé a toujours contesté les faits. Lors de sa comparution, il réaffirmait son innocence. Ses avocats, Me Uyttendaele et Me Preumont, réclamaient son acquittement tout en dénonçant la manière dont l’enquête avait été réalisée et la crédibilité des témoins. La cour n’a pas suivi leur argumentation et a déclaré établies les quatre préventions.

Immédiatement après la lecture de l’arrêt, Me Uytendaele a estimé cette décision «profondément scandaleuse». «Je n’ai jamais vu le système autant dysfonctionner. Cette affaire ne fait que de débuter!», a-t-il annoncé. Dans un communiqué diffusé en fin de matinée, l'avocat a annoncé un pourvoi en cassation.