SANTÉ

Coronavirus: Sciensano explique pourquoi les bars bruxellois doivent fermer à 23h

Coronavirus: Sciensano explique pourquoi les bars bruxellois doivent fermer à 23h

Depuis ce lundi, les débits de boissons de la capitale doivent fermer leurs portes à 23h00. AFP (Illustration)

En quoi fermer plus tôt les cafés et bars de la capitale lutte-t-il contre la propagation du nouveau coronavirus? Sciensano a apporté quelques éléments de réponse à cette question épineuse lors de sa traditionnelle conférence de presse de ce lundi.

+ À LIRE AUSSI | Bars fermés à 23h, consommation interdite sur les marchés, librairies… : voici les nouvelles mesures Covid qui entrent en vigueur à Bruxelles

Depuis ce lundi, les débits de boissons de la capitale doivent fermer leurs portes à 23h00. Une mesure qui passe mal auprès des professionnels du secteur, qui s’étonnent que les restaurants bruxellois puissent, pour leur part, rester ouverts jusqu’à 1h du matin.

Interrogé ce lundi matin sur les critères qui ont poussé la cellule bruxelloise de crise à prendre cette décision, Sciensano a avancé plusieurs explications… tout en restant très prudent.

Bien qu’il admet que l’impact de l’activité enregistrée dans les bars sur la propagation du virus dans la population «est mal connu dans notre pays», l’Institut de santé publique assure qu’un «certain nombre de clusters» a été détecté dans les cafés du Royaume.

Des clients trop mobiles et alcoolisés?

Se basant sur des études et des rapports récents publiés en Asie, aux États-Unis et même en Europe pour affirmer que les débits de boisson jouent un rôle dans la propagation du virus, les experts de Sciensano pointent ainsi du doigt «la mobilité des clients» inhérente à ce genre d’établissement. «C’est un des facteurs qui pose problème», note Yves Van Laethem, le porte-parole interfédéral.

Mais pourquoi alors fermer les cafés et les bars à 23h et pas plus tôt? Parce qu’à partir d’une certaine heure, lorsqu’ils ont plus de chance d’être fortement alcoolisés, les gens «baissent la garde» et ne respectent plus aussi bien les mesures sanitaires en vigueur, estiment encore les spécialistes.

Et Yves Van Laethem de conclure par un dernier appel au bon sens: «Il faut souligner que, s’il n’est pas permis de se réunir à plus de 10 personnes à l’extérieur après 23h sur le territoire de Bruxelles, ceci ne doit pas être une raison pour organiser ce genre de rassemblement en privé.»

+ VIDÉO | Coronavirus : « On tend vers un nouveau plateau mais… »