SANTÉ – POLITIQUE

VIDÉO | Nouvelle «bulle», masque, événements privés, quarantaine, voyages: voici toutes les nouvelles mesures du CNS

Après s’être réuni dans la matinée, le Conseil national de sécurité a annoncé les nouvelles mesures qui vont entrer en vigueur en Belgique afin de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.

+ À LIRE AUSSI | Le dernier CNS de Sophie Wilmès ? « Ce n’est pas ce qui me préoccupe le plus… »

Très attendue, la conférence de presse organisée ce mercredi après-midi par le Conseil national de sécurité a permis aux autorités, fédérales et fédérées, d’édicter de nouvelles mesures sanitaires.

Une nouvelle «bulle»… rapprochée

La «bulle» des 5 qui primait jusqu’à ce mercredi va exploser en partie, confirme la Première ministre.

Après avoir rappelé que les Belges peuvent toujours voir toutes les personnes qu’ils souhaitent «à condition de porter un masque ou de ne pas être trop proche d’elles», Sophie Wilmès a ainsi annoncé qu’un contact rapproché (physique, de plus de 15 minutes et sans masque) sera désormais possible «avec des personnes qui ne font pas partie de votre foyer». Et de préciser que «pour l’instant, les experts conseillent de ne pas avoir de contact rapproché avec plus de 5 personnes, hors foyer et par mois.»

Les masques obligatoires… «mais plus partout et tout le temps»

Le port du masque est très important dans la gestion de l’épidémie, a rappelé la Première ministre avant de préciser toutefois qu’il «est inutile de le porter partout, et tout le temps.» Dès lors, il ne sera plus obligatoire de porter un masque à l’extérieur, sauf dans les lieux très fréquentés et dans les endroits où la distance de sécurité de 1,5 mètre ne peut être garantie.

+ À LIRE AUSSI | La Région bruxelloise va lever l’obligation du port du masque

Concrètement, il ne faudra plus porter un masque que dans les lieux couverts, comme les transports en commun, les magasins et les cinémas, «et ce, peu importe qu’il y ait du monde ou pas».

+ À LIRE AUSSI | Coronavirus : le baromètre qui mesurera localement la gravité de la situation sanitaire n’est pas prêt

Charge aux autorités communales de préciser les autres endroits publics où le port du masque restera obligatoire.

De plus grands mariages… mais pas de soirées dansantes

Si les événements privés ne pourront pas encore regrouper plus de 10 personnes (enfants non compris), le secteur de l’événementiel a obtenu des autorités que les événements gérés par des professionnels (fêtes, mariages,…) ne soient plus restreints à 10 invités «pour peu qu’on respecte les mêmes règles que dans l’Horeca».

+ À LIRE AUSSI | Les prestataires de mariage satisfaits : « Cela redonne de l’espoir »

Précision importante du CNS: «Les soirées dansantes ne sont pas encore autorisées.»

Autrement dit, oui aux tables de 10, mais non aux activités festives de groupe.

Une quarantaine réduite à 7 jours

Parce qu’une période d’isolement de 14 jours est «difficile» à tenir, celle sera bientôt réduite.

À partir du 1er octobre, la période de quarantaine passera à 7 jours, comme le conseillaient de nombreux observateurs du monde scientifique.

«Si vous avez des symptômes du Covid-19, contactez votre médecin, qui vous mettra immédiatement en isolement pendant une semaine. Si vous êtes testé positif, la quarantaine d’une semaine reste de mise. Si le test est négatif, vous pouvez immédiatement suspendre la quarantaine, si votre santé le permet», explique la Première ministre.

À noter que cette quarantaine de 7 jours doit aussi être respectée si l’on a été en contact rapproché avec un cas confirmé de Covid-19.

Enfin, la période d’isolement peut être reconduite pour 7 jours supplémentaires si un nouveau test positif est réalisé à l’issue du 7e jour de la «première» quarantaine.

Voyages: un testing qui n’est plus obligatoire

Outre le fait que les régions étrangères placées en zone orange ne feront plus l’objet d’un testing, le CNS a décidé d’assouplir les règles de testing pour les voyageurs revenant d’une zone rouge.

En effet, les voyageurs en provenance de zone rouge devront se mettre en quarantaine (durant 7 jours) dès leur retour en Belgique. «Ils devront se soumettre à un test au 5e jour de leur retour», explique Sophie Wilmès, sauf s’ils acceptent de remplir un document d’auto-évaluation qui, après analyse, les autorise à sortir de la quarantaine.

Ce procédé ne s’applique pas aux personnes qui ne restent pas plus de 48 heures d’affilée dans une région étrangère placée en zone rouge.