CORONAVIRUS

Les facteurs liés au Covid-19 en hausse depuis 3 semaines: «Ce n’est pas l’école qui a donné lieu à cette augmentation»

Tandis que l’ensemble des facteurs repartent à la hausse, l’Institut belge de Santé publique Sciensano a expliqué observer un affaiblissement des différentes courbes, ce qui permettait d’espérer pouvoir atteindre «un plateau» dans les prochains jours. En outre, si la tranche des 10-20 ans demeure la plus touchée, l’école ne semble pas être à l’origine de cette hausse.

Comme chaque semaine, l’Institut belge de Santé publique Sciensano présentait ce mercredi à 11 heures ses dernières analyses des chiffres liés à la propagation de l’épidémie de coronavirus en Belgique.

La conférence de presse de ce mercredi était d’autant plus attendue que les chiffres des derniers jours indiquent une hausse généralisée de tous les facteurs: contaminations, hospitalisations et décès.

Un plateau bientôt atteint?

Porte-parole francophone de l’Institut, Yves Van Laethem a en effet confirmé que «voilà près de trois semaines que les chiffres continuent de grimper», précisant que 1374 nouveaux cas avaient été recensés en moyenne sur les 7 derniers jours, soit une augmentation de 60%.

«Ces chiffres continuent à augmenter mais, heureusement, on semble constater depuis quelques jours un ralentissement dans cette courbe», a encore noté Yves Van Laethem. «On peut donc espérer atteindre peut-être un plateau dans les jours à venir. En attendant, il reste bien sûr fondamental de respecter les mesures en vigueur.»

La rentrée scolaire pas responsable

Parmi les tranches d’âge les plus touchées, figure en tête celle des 10-20 ans, suivie de près par celle des 20-30 ans. «Mais ce sont surtout les tranches de 17 à 20 ans qui sont touchées, c’est-à-dire les jeunes qui ne vont pas à l’école secondaire, mais plutôt à l’université ou inscrits dans les études supérieures (NDLR: qui pour rappel sont rentrés la semaine dernière). Ce n’est donc pas l’école [secondaire] en elle-même qui a donné lieu à cette augmentation», insiste le porte-parole.

On note également une «augmentation significative» ces derniers temps chez les plus de 50/60 ans. Il y a d’ailleurs de plus en plus de personnes âgées qui se font à nouveau dépister.

Bruxelles reste le point noir

La situation présentée est observée sur l’ensemble du territoire avec des chiffres les plus élevés sur Bruxelles (300 cas environ, soit une augmentation de 61%). Suivent les provinces d’Anvers (264 cas, +53%) et de Liège (193 cas, +75%). Seul le Limbourg (+3%) conserve des chiffres d’infection «remarquablement stables et bas».

Hospitalisations en hausse

Autre constat posé par Sciensano, l’augmentation des admissions en milieu hospitalier: «Depuis 18 jours consécutifs, nous constatons cette augmentation progressive. Nous comptons ainsi 53 admissions supplémentaires sur les 7 derniers jours.»

Yves Van Laethem précise: «Le doublement des chiffres d’admission prend actuellement 10 jours environ, ce qui est encore relativement long. Mais nous n’aimerions pas que ce chiffre redescende pour atteindre les niveaux du printemps. (...) Si on continue sur le rythme actuel, sans qu’il y ait de modification, on pourrait atteindre le seuil des 100 admissions par jour d’ici début octobre.»

À nouveau, Bruxelles est pointée du doigt avec environ un tiers des admissions émanant de la région.

3 décès quotidiens

Le taux de mortalité est quant à lui resté relativement bas: 3 décès par jour en moyenne. «23 décès dus au Covid-19 ont ainsi été recensés sur les 7 derniers jours», précise Yves Van Laethem.

L’apparition des symptômes en hausse

Au-delà des principaux facteurs, Sciensano constate une évolution au niveau des consultations d’un médecin généraliste pour des symptômes grippaux.

«Nous en comptons 164 pour 100 000 habitants, ce qui dépasse le seuil des 157, seuil qui permet de dire que la grippe est bien là. Or, la grippe n’est pas là. Ces symptômes relèvent donc d’autres virus, vous imaginez évidemment duquel nous parlons ici», notait ainsi le porte-parole.

Parmi les patients qui consultent un médecin généraliste et présentant des symptômes grippaux, le nombre de cas positifs au Covid-19 est lui aussi en hausse. D’une augmentation de 7% en juillet, puis de 12% en août, nous en sommes à présent à 20% de cas supplémentaires.

«Et parmi ceux-ci, 25% des patients contaminés avaient voyagé durant les deux dernières semaines avant d’être contrôlés positifs. Cela démontre l’importance des voyages et plus particulièrement des comportements à adopter lors de ces voyages», rappelle Yves Van Laethem. «Mais ceci va diminuer, l’impact des vacances va s’affaiblir.»

Vers de nouvelles mesures?

Dans le même temps, le Conseil national de sécurité (CNS) se réunit lui aussi ce mercredi afin d’évaluer la situation globale et prendre de nouvelles mesures éventuelles afin de poursuivre la lutte et, comme l’indiquait Sophie Wilmès lors du précédent conseil, «passer d’une gestion de la crise à une gestion des risques».