MOBILITÉ

Close: «Je demande à Écolo et Groen de clarifier leur position» sur le bois de la Cambre

Close: «Je demande à Écolo et Groen de clarifier leur position» sur le bois de la Cambre

Piste cyclable? Boîte de nuit? Parc? Hippodrome? Que veulent les verts et la Région pour le Bois de La Cambre? C’est la question de Philippe Close à Alain Maron. Aktron/Wikimedia Commons/Attribution 3.0 Unported (CC BY 3.0)

Le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close (PS) demande aux Verts à la Région de clarifier leur position quant au plan de circulation dans le Bois de la Cambre. Des déclarations du Ministre Écolo Alain Maron sèment le trouble dans ce dossier.

Le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close, demande aux Verts à la Région de clarifier leur position quant au plan de circulation dans le Bois de la Cambre, après les déclarations du ministre régional de l’Environnement, l’écologiste Alain Maron, mardi, dans Le Soir.

Ce dernier y déclare notamment que les discussions sur le sujet étaient «parties sur de mauvaises bases». Une sortie qui fait suite à la décision des Libéraux ucclois, emmenés par le Bourgmestre d’Uccle Boris Dillès, d’ester en justice contre le test de mobilité mis en place par la Ville. Une décision dont les Verts de la commune se sont distanciés (lire cadrée).

«L’enjeu, c’est de savoir ce que l’on veut pour ce parc, à terme. Pour moi, il faudrait un plan de gestion comme il en existe pour la forêt de Soignes. À l’heure actuelle, le bois remplit diverses fonctions: parc, espace récréatif, horeca, théâtre, boîte de nuit… Et il y a une fonction de mobilité qui a pris sa place au fil du temps. Comment organiser ces fonctions? C’est une question à laquelle il faut réfléchir ensemble, pas dans le cadre d’un combat de coqs entre deux bourgmestres qui n’ont pas l’intérêt régional en tête», ajoute-t-il dans les colonnes du quotidien.

6 communes concernées

Depuis le début des discussions, les communes concernées (Uccle, Watermael, Ixelles, Rhode-Saint-Genèse, Linkebeek et la Ville) et la Région via la ministre de la Mobilité Elke Van den Brandt ont été associées, rappelle de son côté Philippe Close. Tous les schémas ont été validés par la ministre, par la STIB et Bruxelles Mobilité qui ont été présents à toutes les réunions, souligne-t-il.

«Dans ce dossier symbolique, je reste convaincu que le dialogue est important. Je demande donc à Écolo Groen de clarifier leur position. S’ils souhaitent que nous amendions ce plan concerté, nous y avons toujours été ouverts. Mais il faut maintenant que les ministres régionaux clarifient leur position», ajoute le bourgmestre de Bruxelles.

Écolo: le recours d’Uccle contre le plan de la Ville «n’est pas le bon outil»

Le recours adressé par la commune d’Uccle au tribunal de Première instance contre le plan de mobilité du Bois de la Cambre de la Ville de Bruxelles soumis à un test durant deux mois ne constitue «pas le bon outil pour se faire entendre». C’est ce qu’estimait ce 17 septembre Thibaud Wyngaard, Premier échevin Écolo de cette commune du sud de la capitale. Celui-ci n’a toutefois pas nié qu’il faudra «sans doute» adapter le plan actuellement mis en test dans sa partie sud.

La mesure adoptée par les quatre échevins libéraux et celui du cdH, n’a pas reçu le soutien des quatre échevins Écolo du collège ucclois.

Commentant ce recours décidé par une majorité de membres du collège, Thibaud Wyngaard a dit préférer l’option de la «recherche d’une solution correcte dans le dialogue, d’autant qu’une première évaluation est annoncée au bout d’un mois».

«Le test en cours n’avait pas la préférence de la commune d’Uccle», a-t-il concédé. «Mais l’on ne peut procéder à deux tests simultanément», a-t-il aussitôt ajouté, estimant «probable qu’une adaptation du plan actuel sera nécessaire au sud du Bois».

Le Premier échevin ucclois a par ailleurs souligné qu’il demeurerait très attentif au report de trafic sur les voiries adjacentes.

De son côté, le cdH a justifié son adhésion au principe du dépôt d’un recours, principalement en raison de la desserte de la Clinique Sainte-Élisabeth par les véhicules de secours.

«Les Cliniques de l’Europe – et en particulier le site de Sainte Élisabeth – sont un acteur majeur de la santé curative à Bruxelles avec des services d’urgence, de dialyse et de radiothérapie. Des ambulances doivent pouvoir circuler vite et bien», a ainsi justifié Daniel Hublet, l’échevin cdH en charge notamment de la Santé, et par ailleurs médecin spécialiste.

Celui-ci a insisté sur le fait qu’une «décision unilatérale comme celle de la Ville» peut mettre en danger la vie de nos concitoyens «quand une course contre la montre est lancée sur le plan médical».