Fêtes de Wallonie: retrouvez la messe en wallon de l’abbé Van Vynkt et sa traduction

Fêtes de Wallonie: retrouvez la messe en wallon de l’abbé Van Vynkt et sa traduction

ÉdA – Florent Marot

La tradition de la messe en wallon a été respectée. Retrouvez ici les bons mots de de l’abbé Van Vynkt et sa traduction.

+ LIRE AUSSI| Humour et émotions : la tradition de la messe en wallon du lundi a été respectée.

Mès djins,

Vos n’mi crwèroz quéquefîye nin, mins l’anéye passéye dèdjà, dj’a stî prîyî pa l’Rwèyâle Moncrabeau po m’présinter au concoûrs dès minteûs. Do côp, dj’aveûve trové on fwârt bia sudjèt! Siya! Dj’aveûve rèscontré, véci à Nameur, on vî Russe, lomé Corona. Il èsteûve amichtauve au-d’là, jusqu’à s’côper è quate po fé plaîji, po s’paurtadjî à tortos… Èt dji n’ti sé tot qwè! Mins bardaf! Li concoûrs a stî mètu su pîd, mins ètur zèls, lès Molons! Dji n’aveûve pont d’chance, don!

Mins vos m’vèyoz v’nu véci audjoûrdu avou l’pris do Rwè dès minteûs! Dji v’s-ètind d’djà: «Èst-ç’bin l’pure vèrité tot ç’qui nos raconte-là? N’èst-ç’nin totès carabistouyes! Djè l’a ètindu, savoz, on vraî boureû d’craques, vos di-dj’! «

Djosèf passe dès djoûrnéyes o pachis, coûtchî d’zo on-aube. Tènawète, i s’lève avou s’banse èt-z-î mète dès pomes tchèyûwes.

– Ti n’lès couds nin?

– Non faît, ô twè! Mi, gritchî su lès chaules, avou ç’qui dj’a yeû?

– Comint faîs’, d’abôrd?

– Quand i-gn-a on côp d’vint, èle tchèyenut. Adon, djè lès

ramèchenéye à faît.

– Èt quand gn-a pont d’vint?

– Mm… Mwaîje anéye!

Oyi ça, come dins l’fauve, 2020: c’è-st-one bin mwaîje anéye Timps d’cès laîds momints-là do Corona, nos-avans discouviè qu’i-gn-aveûve, è nosse payis, nouf minisses po l’santé. Èt ètur nos-ôtes, là, i vaut mia n’nin tchaîr malade, savoz!

Dins l’binde, i-gn-a bin sûr Maggy De Block, qu’on lomeûve, i-gn-a nin co là si longtimps, li minisse dès minisses. Èst-ç’qui vos v’s-è sov’noz co bin? C’èsteûve do timps qu’èle rèvoyeûve one masse di djins cotchèssîyes di leû payis. Ça lî rapwarteûve branmint d’pus d’vwès, qui d’yèsse al santé, dwé! Asteûre, èle èst branmint r’tchèyeûwe, parèt-i! Li fauve d’ènawêre m’a faît sondjî à on spot, d’amon nos-ôtes: «C’èst todi lès pus bèlès pomes, qui tchaîyenut dins les flates!»

A costé d’lèye, nos-avans on minisse po lès masses. Onk po lès médicamints… On-ôte po l’sparadrap ou l’ Iso Bétadine, dandj’reû. Èt dji m’a lèyî adîre, qui l’dérin, il èsteûve là po l’varade ou po l’s-émôrwides!

Si vos n’savoz nin çu qu’ça vout dîre «awè l’varade»: bin, c’èst l’rèvolucion dins nos boyas, qwè!

Portant, véci à Nameur, i-gn-a dès bounès novèles, savoz! L’ascauchîye – li passerèle, qwè – èst douviète. Oyi, ça c’èst faît! Mins nos ratindans todi l’fièsse, savoz, mayeûr! A costé do Parlèmint Walon, on n’a rin trové qui valeûve lès pwin.nes avaur-là. One boune afaîre! Mins i-gn-a co todi lès minmes lumecinadjes, dwé: on ratind todi l’parkin’do Grognon oudobin l’tèlèfèrique,… Mins l’lumicenadje dès lumecinadjes, come djè l’dîjeûve dèdjà l’anéye passéye, c’èst l’timps qui faut po-z-awè on novia gouvèrnèmint fèdèral! Asteûre qui l’virus’a passé avaur-là èto, nos ratindrans cor one miète di pus.

Come nosse soçon Marcel nos l’a raconté ènawêre, li CCW a v’lu, cite-anéye-ci, rinde bon d’vwêr à tos lès cias èt à totes lès cènes qu’ont branmint bouté timps do Coronavirus. Come vos l’avoz vèyu su l’gazète, li samwin.ne passéye, il l’zî ont minme d’ner l’Gaillarde d’ardjint. Èt c’è-st-insi èto qui n’s-avans tchwèsi lès deûs tècses qui nos v’nans d’ètinde.

Nos l’avans faît avou Djosèf Dewez pace qu’i nos chone qu’i causenut si bin di ç’qui s’passe asteûre.

A Cafarna.om’, i-gn-aveûve là on raploû d’tos lès diâles. Bin sûr audjoûrdu, nos n’nos p’lans pus rachoner come divant su l’Place Sint-Aubwin oudobin su l’place do Vî Martchî! C’èst l’Coronavirus qu’ènnè lès causes! Èt avou ostant d’djins, ci n’èsteûve pus possibe di moussî dins l’maujone, èwou ç’qui Jésus raconteûve si bone Novèle.

Ni v’la-t-i nin qu’arive vélà on-ome qui n’sét pus roter, pace qu’il a l’mau sint Stampe – pace qu’il èst paralysé, s’apinse qu’on dit è Francès. Li, i nos fé sondjî à tos lès cias qu’ont viké malaujîyemint cès dérins mwès-ci, come cit-ome-là: lès malades coûtchîs su leû lét d’misére èt tos l’s-ôtes qui, dispû dès-ans èt dès razans, ont dandjî d’soçons po p’lu viker one miète à mode di djins. Come nos l’dit on spot Walon: ‘I-gn-a branmint qui s’ont r’trovés l’cu dins lès broûs!»

C’è-st-adon èto qu’nos-avans vèyu one masse di boute-po-rin si lèver po d’ner on fèl côp d’mwin à cès pôves mivèts-là. Zèls, i m’font sondjî aus quate pwârteûs qu’ont wasu passer pa l’prumî plantchî po-z-ariver addé Jésus. I v’lin.n’à tote fwace qui l’ome rèscontère li Sègneûr baube à baube. I pinsin.n’bin qu’ça lî freûve do bin dè l’veûy – li qu’a branmint do keûr – èt d’yèsse sognî pa nosse Sègneûr. I sondjin.n’à pus taurd dins l’èspwêr di saquants bias djoûs, maugré tot.

Combin gn-a-t-i nin yeû, don, dès-omes èt dès feumes qui s’ont mostrés frés d’leûs frés, qu’ont fé dès masses po l’s-ospitaus. Oudobin, come lès Molons, qu’ont stî tchanter pad’vant lès maujones po lès vîyès djins èt insi, lèzî paurtadjî one miète di boneûr? Oyi ça, i-gn-a yeû tant èt tant qu’ont stî dèl boune simince sitraméye su lès têres, do payis d’Nameur èt d’avaur-là. Dès masses di djins ont stî tote sibaréyes di ç’qui s’aveûve passé, savoz! One boune raîson di rinde grâce audjoûrdu po tot ça!

Dins on bîyèt walon, su RCF, dj’a dit qui dès djins causin.n’èto qu’i faureut bin tchwèsi one ôte maniére di viker èchone. Ci sèrè dins l’tècse qui nos choûterans tot-à-l’eûre. Come Isaïe nos l’dîjeûve dins l’prumêre lècture: i n’nos faut pus viker come ayîr, mins fé crèche on novia monde. Branmint l’ont d’djà faît djaurner.

Adon, n’eûchans nin peû d’bouter tortos po ç’qu’èst jusse, po ç’qu’èst bon, èwou ç’qui n’vikans tos lès djoûs. Èt nos sèrans lès cias qui f’ront crèche one têre pus bèle, on monde pus jusse, qui f’ront, al mode di Jésus, r’lèver l’ome coutchî su s’civiére. Djè so sûr, adon, ci sèrè on timps d’apaujemint po lès pus cochoyus.

Plaî-st-à Diè, mès djins!

Mes amis,

Vous ne me croirez sans doute pas, mais l’année passée déjà, j’ai été invité par la Royale Moncrabeau afin de me présenter au concours des menteurs. Ainsi j’avais trouvé un fort bon sujet. Si! Si! Ici à Namur, j’avais rencontré un vieux Russe, appelé Corona. Il était à ce point amical, qu’il se serait coupé en quatre pour faire plaisir, pour se partager entre tous… et ainsi de suite! Bardaf! le concours a eu lieu, mais entre les Molons. Je n’avais donc pas ma chance. Si je venais aujourd’hui, ici, avec le prix du Roi des Menteurs, je suis de vous entendre dire: «Est-ce bien la vérité ce qu’il nous raconte là? N’est-ce pas toutes carabistouilles? Je l’ai déjà entendu, c’est un vrai «boureû» de craques, vous dis-je!

Joseph passe ses journées au pré, couché sous un arbre. Parfois, il se lève avec sa manne pour ramasser des pommes tombées.

– Tu ne les cueilles pas?

– Non, ô toi, Moi, grimper sur une échelle, avec ce que j’ai eu?

– Comment fais-tu alors?

– Quand le vent passe, les pommes tombent et je les ramasse

au fur et à mesure.

– Et quand il n’y a pas de vent?

– Ben! Mauvaise année sais-tu!

Oui, comme dans cette histoire, 2020 est une bien mauvaise année. Et du temps de cette crise, nous avons découvert qu’il y avait, en notre pays, neuf ministres de la santé. Et il vaut mieux ne pas tomber malade! Parmi eux, il y a bien sûr Maggy De Block, qui était appelée, il n’y a pas si longtemps, la ministre des ministres. Vous vous en souvenez? C’était au temps où elle renvoyait beaucoup de réfugiés. Cela lui rapportait bien plus de voix que d’être au ministère de la santé. Elle est tombée de bien haut. Et l’histoire de tout à l’heure m’a fait pensé à un spot wallon: «C’est toujours les plus belles pommes qui tombent dans les flattes!» A côté d’elle, nous avons un ministre pour les masques, un autre pour les médicaments, un autre pour le sparadrap et l’Iso Bétadine,… et je me suis laissé dire qu’il y en avait un aussi pour la diarrhée et les hémorroïdes.

Pourtant, ici à Namur, il y a de bonnes nouvelles: la passerelle est ouverte. Çà c’est fait! Mais nous attendons toujours la fête d’inauguration, maïeur! On n’a rien trouvé de bien spécial lors des travaux à côté du Parlement Wallon. Ouf! Il y a toujours les mêmes lenteurs, le parking du Grognon ou le téléférique sont toujours en chantier. Mais la lenteur des lenteurs, comme je le disais déjà l’an dernier, c’est le temps qu’il faut pour avoir un nouveau gouvernement fédéral. Et comme le virus est passé par là, nous attendrons encore un peu.

Comme nous l’a dit l’ami Marcel Tonneau, tout à l’heure, le CCW a voulu, cette année, remercier tous ceux et celles qui ont beaucoup œuvré au temps du Coronavirus. Il leur ont même décerner la Gaillarde d’Argent aux personnes âgées et à tous ceux qui ont lutté contre la maladie. Dans ce même esprit aussi, nous avons choisi les deux textes que nous venons d’entendre. Avec Joseph Dewez, nous avons pensé qu’ils correspondaient bien à ce qui a été vécu.

A Capharnaüm, il y avait là un très grand rassemblement. Bien sûr, on ne peut le faire aujourd’hui, comme d’habitude, sur la place Saint Aubin ou sur la place du Vieux Marché, à cause du Coronavirus. Et parce qu’il y avait tant de personnes, il n’était pas possible d’entrer dans la maison, où Jésus partageait sa bonne nouvelle. Arrive là un paralysé, couché sur sa civière. Cet homme me fait penser à toux ceux qui ont vécu difficilement ces derniers mois: les malades couchés sur leur lit de misère, et tous les autres qui, depuis des années, ont besoin d’amis pour vivre un peu mieux. Comme le dit un proverbe wallon: «Il y en a beaucoup qui se sont retrouvés dans la boue!»

En ces jours-là, nous avons aussi vu bien des bénévoles se lever pour rendre un formidable service à toutes ces pauvres gens. Ils me font penser à ces quatre porteurs qui n’ont eu crainte de passer par le toit pour arriver à Jésus. Ils voulaient à toutes forces que le paralysé le rencontre face à face. Ils croyaient, du fond de leur cœur, que cela lui ferait du bien et qu’il serait soigné par lui, avec tendresse. Ils rêvaient à l’après, dans l’espoir de jours meilleurs, malgré tout.

Combien y a-t-il eu d’hommes et de femmes qui se sont montrés frères de leurs frères. Qui ont fait des masques pour les hôpitaux? Ou comme les Molons, qui sont allés chanter devant les homes, et partager ainsi des petits bonheurs? Oui, il y en a eu tant et tant qui ont semé de la bonne semence sur les terres du pays de Namur et alentours. Et beaucoup ont été grandement surpris de ce qui s’était passé. Une bonne raison de leur rendre grâces, en ce jour, pour leur solidarité.

Dans un billet wallon, sur RCF Sud Belgique, à cause de cette crise, j’ai aussi parlé que beaucoup espéraient du neuf. Qu’il faudrait décider ensemble d’une autre manière de vivre. Ce sera d’ailleurs le sens du texte que nous entendrons comme méditation après la communion. Ou comme le disait Isaïe dans la première lecture, il ne faut plus vivre comme hier, mais faire naître un nouveau monde. Beaucoup l’ont déjà fait germer. Alors, n’ayons crainte d’ensemble œuvrer pour ce qui est juste, pour ce qui est bon, là où nous vivons au quotidien. Et nous serons de ceux qui feront grandir une terre plus belle, un monde plus juste, à la manière de Jésus relevant l’homme couché sur son brancard. J’en suis sûr, ce sera alors un temps d’apaisement pour ceux qui auront été les plus bousculés.

Plaise à Dieu, mes amis!