BELOEIL

La nouvelle vitrine de la cité princière est en ligne depuis ce lundi

La nouvelle vitrine de la cité princière est en ligne depuis ce lundi

Le nouveau portail beloeil.be a été mis en ligne ce lundi. À l’inverse du précédent site, la facilité de recherche est ici déconcertante. Eda

La Commune vient de se doter d’un tout nouveau site internet. Plus aéré, il accordera une plus grande place à l’économie.

Si ces derniers jours, il était impossible d’accéder au site internet de l’administration communale de Belœil, ce n’était pas pour une simple maintenance.

Depuis ce lundi, les internautes ont pu découvrir un site totalement relooké, bien plus épuré et attractif que l’ancienne version. Articulée autour de trois onglets (Ma Commune, Vivre à Belœil et Découvrir) qui facilitent grandement la recherche, la plateforme beloeil.be fait aussi la part belle aux actualités et événements.

Covid-19: un soutien accru aux indépendants

Grande nouveauté également, qui viendra aider un secteur très durement frappé par la crise sanitaire, les commerçants et entreprises de l’entité y bénéficieront de davantage de visibilité. Voilà qui devrait contenter pleinement le conseiller de l’opposition CAP Belœil, Pierre Marie Sprockeels, qui avait invité la majorité à mettre en place ce genre d’initiatives «peu coûteuses».

La nouvelle vitrine de la cité princière est en ligne depuis ce lundi
Une carte Google Maps référence désormais les commerces de l’entité. – Eda
«Nous avons lancé une application Google Maps qui reprendra les sociétés/commerces connus de nos services et sur laquelle les internautes trouveront un lien de renvoi vers leur site internet», explique l’échevin de l’économie locale, Anthony Basilico, qui compte bien prendre son bâton de pèlerin pour «remobiliser» les indépendants beloeillois.

«Sur les quelque 400 courriers envoyés aux entreprises et commerces pour les informer de cette opportunité, nous n’avons reçu que vingt et une réponses…

Plus que jamais en cette période difficile liée au Covid, nous devons soutenir ce secteur que je connais bien pour y avoir travaillé (NDLR: en tant que gérant d’une station-service) durant 23 ans».