Namur

PHOTOS | Combat des échasseurs à Namur: Martin, roi du pavé

Sur les pavés de la cour intérieure du Palais provincial, Mélans et Avresses ont lutté. Pour que la tradition soit respectée.

«Un combat sur des pavés, directement des duels sans round d’observation, la chaleur et le masque… On avait aucun point de repère.» Et pourtant, Martin Dessambre a trouvé le chemin pour offrir une victoire aux Mélans, au cours de cet étonnant défi des champions.

Tout s’est passé derrière la lourde porte de bois, celle qui barre l’entrée vers la cour intérieure du palais provincial. «C’était impossible d’organiser une échasse d’or classique, on sait que cela aurait rassemblé des milliers de personnes», rappelle Bertrand Patris, le concepteur de cette joute 2.0. «J’avais peur d’une victoire éclair. Ici, il y a vraiment eu une lutte, avec des surprises, comme la chute assez rapide de Christophe (Corbiaux et ses huit échasses d’or). Mais c’est clair, tout le monde ne souhaite qu’une chose: retrouver dès l’an prochain la place Saint-Aubain, la clameur quand on arrive, les cris, les applaudissements, la ferveur populaire. Mais on ne pouvait pas vivre cette année sans rien. On est les gardiens d’un patrimoine et, parfois, on doit aussi le faire vivre.» Pour survivre à cette drôle d’année.

Et dans ce contexte physique et sec, les frères Dessambre ont fait le boulot pour les «jaune et noir».

+ LIRE AUSSI | VIDÉO | Fêtes de Wallonie: revivez le combat des échasseurs

«Cela fait six mois qu’on n’a plus combattu en échasses. Le moindre effort, on le payait cash», souffle Frédéric Gillon, l’un des cadors des Avresses.

Grande satisfaction du côté «rouge et blanc», le très résistant Robin Botron s’est battu comme un beau diable et a fait comprendre qu’il faudra aussi compter avec lui dans les prochaines éditions.

Le combat n’a duré qu’une petite demi-heure mais chacun des huit champions en sont ressortis avec le visage marqué par la chaleur et l’intensité de l’effort. Un petit péket menthe sera le seul médicament autorisé pour une récupération plus rapide.

Mais le meilleur des dopings, ce sera encore et toujours les quelques milliers d’inconditionnels des Mélans et Avresses et une bonne poignée d’entre eux, embarqués dans une troisième mi-temps, bien longtemps après la remise de l’échasse d’or. Tout cela aussi, c’est du patrimoine. À redécouvrir le troisième dimanche de septembre 2021.