TOUR DE FRANCE

Pour Van Aert, «Roglic n’a rien à se reprocher», Porte salue les deux Slovènes «sur une autre planète»

Pour Van Aert, «Roglic n’a rien à se reprocher», Porte salue les deux Slovènes «sur une autre planète»

La Team Jumbo a tout perdu. AFP

Les réactions sont diverses après cette 20e étape. Du côté de la Team Jumbo Visma c’est la soupe à la grimace. Tandis que dans les autres équipes, on ne peut qu’admirer.

Wout van Aert a fini quatrième du contre-la-montre du Tour de France, samedi, mais cela n’avait pas d’importance pour lui en raison de la perte du maillot jaune par son leader Primoz Roglic. «Je suis très déçu», a commenté le champion de Belgique de l’exercice. «Nous ne nous attendions pas du tout à cela. Nous avons travaillé dur pendant trois semaines et nous perdons le Tour. Mais bon, nous n’avons rien à nous reprocher et Primoz Roglic ne doit rien se reprocher. Nous sommes tombés sur un Pogacar fantastique.»

«Nous étions prêts à conclure»

«Nous n’avions pas du tout pris cela en considération», a reconnu Van Aert. «Nous avions une pleine confiance en Primoz, mais aujourd’hui il a manqué le coche. Il a roulé très fort durant trois semaines. C’est une surprise totale pour nous. Il était détendu avant le départ, nous avons encore plaisanté. Rien n’indiquait qu’il était moins bien. Nous étions prêts à conclure le travail, mais nous avons été battus par un Pogacar incroyablement fort.»

Van Aert a roulé un chrono solide et s’est même installé un temps dans le fauteuil du leader. «Et quand je me suis assis là, j’ai vu que Primoz ne roulait pas comme d’habitude. Et puis il y a eu ces temps intermédiaires ennuyeux qui ont confirmé cela. J’ai senti l’orage arriver et ça n’a fait qu’empirer.»

Pour Van Aert, «Roglic n’a rien à se reprocher», Porte salue les deux Slovènes «sur une autre planète»
Wout Van Aert termine 4e de l’étape. Photo News
«Nous avons travaillé dur pendant trois semaines, sommes restés concentrés», poursuit Van Aert. «Tout se déroulait parfaitement et aujourd’hui, nous sommes tombés sur un Pogacar fantastique. C’est très dur. Nous n’avons rien à nous reprocher. Primoz ne doit rien se reprocher, il a fait de son mieux de manière fantastique, mais c’est une déception qui fait mal.»

«Personnellement, j’avais de bonnes jambes et je termine à un bon classement, même si j’ai été choqué d’être aussi loin de Cavagna au premier temps intermédiaire», a poursuivi Van Aert. «Mais par la suite, il s’est avéré qu’il avait commencé très vite. Le vent était également plus fort que pendant la reconnaissance. Mais bon, cela n’a pas d’importance. Les gars qui m’ont battu ont roulé dans les mêmes conditions. C’était le plus haut que je pouvais finir. J’ai pu augmenter ma puissance, tout s’est bien passé. Le malheur a commencé quand je me suis assis dans le fauteuil et que j’ai commencé à regarder Primoz et Pogacar rouler.»

Roglic: «Ce n’était pas suffisant»

Comme souvent, Primoz Roglic a su maîtriser ses émotions, même après avoir perdu les commandes du Tour de France à la veille de son arrivée à Paris. Le Slovène a été dépossédé du maillot jaune par son jeune et brillant compatriote Tadej Pogacar. «Je ne pouvais pas pousser plus fort. Ce n’était pas suffisant», a déclaré le leader de l’équipe Jumbo-Visma après le contre-la-montre de 36,2 kilomètres entre Lure et La Planche des Belles Filles.

J’ai tout donné, voilà le résultat

«J’ai tout donné, voilà le résultat», a lancé Roglic, qui a concédé 1:56 sur Pogacar samedi, terminant à la 5e place du jour. «C’est lors de l’ascension de La Planche des Belles Filles que j’ai compris que cela n’allait pas très bien se terminer. Je n’ai pas pu atteindre la puissance désirée. Et non, il ne s’agit pas de mon casque.»

Alors qu’il avait une marge de 57 secondes sur Pogacar au départ du chrono, Roglic a tout perdu lors des derniers kilomètres sur les pentes vosgiennes. «Je n’avais pas les jambes. Au début, je n’étais pas inquiet de perdre du temps, même si j’aurais préféré entendre l’inverse. J’ai fait tout ce que j’ai pu.»

Dumoulin: «C’est un coup dur»

«Nous ne l’avons pas vu venir», ajoute Tom Dumoulin qui était, comme beaucoup de

Pour Van Aert, «Roglic n’a rien à se reprocher», Porte salue les deux Slovènes «sur une autre planète»
Photo News
suiveurs du Tour de France, étonné par le dénouement de la 20e et avant-dernière étape du Tour de France. Ce n’est pas son leader Primoz Roglic mais son jeune compatriote Tadej Pogacar (UAE Team Emirates) qui sera, sauf catastrophe, le vainqueur final du Tour, après s’être emparé du maillot jaune à l’issue d’un incroyable contre-la-montre individuel samedi. La déception était grande chez Jumbo-Visma. «Nous n’avions pas imaginé cela, c’est un coup dur», a commenté Dumoulin après l’étape.

«Que dois-je dire? C’est arrivé. Je ne sais pas comment Pogacar a roulé une minute plus vite que moi au sommet», a indiqué le Néerlandais. «Il n’y avait rien qui n’allait pas chez Roglic. Il se sentait bien et fini cinquième. Ce n’est peut-être pas le chrono de sa vie, mais il n’était pas si mal. Il est battu sur sa valeur.»

Porte: «Le combat a été sauvage»

Pour Van Aert, «Roglic n’a rien à se reprocher», Porte salue les deux Slovènes «sur une autre planète»
AFP

Pour Richie Porte (AUS/Trek), 3e du général: «Les deux Slovènes étaient sur une autre planète, le combat a été sauvage, ils n’ont rien lâché. Chapeau à Roglic, c’est brutal ce qui lui est arrivé. Jumbo méritait certainement de gagner, ils ont fait une super course. Mais je n’ai rien contre Pogacar qui est un énorme talent. C’est la course! J’aime bien la façon de courir des Slovènes, ils foncent, ils se donnent à fond. Il y a quelques années, Chris Froome gagnait tout.»

«Et maintenant, c’est la jeune génération, qui est super douée. Cela fait plaisir à voir. Pogacar a eu la chance aussi que Jumbo ait imposé un tel rythme dans les cols. Il a réussi à suivre, il a tenté d’attaquer, il a du cran. Je dis bravo, pour sa course, son agressivité. L’an prochain, ce sera différent, il sera marqué de près, on le connaîtra mieux. Je pense que, pour l’instant, il n’y a pas de limites en vue pour ce qui le concerne.»