JUDICIAIRE

6 minutes de détresse diffusées, l’infirmière organisait une lockdown party… 5 surprenantes affaires judiciaires survenues en Wallonie

6 minutes de détresse diffusées, l’infirmière organisait une lockdown party… 5 surprenantes affaires judiciaires survenues en Wallonie

-

La noyade d’un enfant sous les yeux du tribunal; l’infirmière n’a pas apprécié que les policiers arrêtent sa lockdown party; un paquet de frites à 240€… Découvrez cinq histoires survenues cette semaine dans les tribunaux en Wallonie.

 

1.Noyade d’un enfant à Ottignies-LLN: 6 minutes de détresse absolues

 

Le tribunal correctionnel a examiné, mardi, les circonstances de la noyade d’un élève de 2e maternelle. C’était le 17 janvier 2019, à Ottignies, à l’occasion d’un cours de natation. Des images de vidéosurveillance ont été projetées en début d’audience. Saisissantes. Et chacun a pu s’expliquer, s’excuser.

Quant à l’enfant, il en garde des séquelles psychologiques.

+ LIRE NOTRE COMPTE-RENDU D’AUDIENCE

 

2.L’infirmière n’a pas apprécié que les policiers arrêtent sa lockdown party

 

En plein confinement, l’infirmière organise une lockdown party pour son anniversaire devant chez elle, crache sur les policiers et affirme avoir le covid.

+ LIRE NOTRE COMPTE-RENDU D’AUDIENCE

 

3.Une (gué)guerre à cause d’un chihuahua

 

Une promenade avec un chihuahua qui ne se passe pas vraiment comme espérée. Voilà les deux protagonistes qui se retrouvent au tribunal de Tournai. Mais est-ce bien leur place?

+ LIRE NOTRE COMPTE-RENDU D’AUDIENCE

 

4.240 euros… le paquet de frites

 

Il lui propose de lui remonter le moral en allant chercher des frites. Il emprunte sa carte, elle lui donne son code… et il fait un détour par le distributeur pour retirer 240 euros. Et pour justifier sa longue absence, il lui envoie un SMS lui annonçant une file de 15 personnes devant lui.

+ LIRE NOTRE COMPTE-RENDU D’AUDIENCE

 

5.Un Néerlandais met le feu au château

 

C’est un homme timide, gêné et visiblement fragile qui s’est avancé devant le juge du tribunal correctionnel de Huy ce mercredi matin. Ce Néerlandais, âgé de 40 ans, est en aveux de faits graves qui s’étaient produits le 28 juin 2018. Ce jour-là, l’homme avait déclenché un incendie au château de la Motte en Gée, à Tihange.

«Je n’étais pas vraiment moi-même, révèle-t-il devant le juge. Je suis militaire et je souffrais d’un stress post-traumatique, sans m’en rendre compte à ce moment-là.»

+ LIRE NOTRE COMPTE-RENDU D’AUDIENCE