CORONAVIRUS

Coronavirus | Les tests au détecteur de mensonges à l’arrêt depuis le confinement: plus de 200 dossiers liés à des crimes graves en attente

Coronavirus | Les tests au détecteur de mensonges à l’arrêt depuis le confinement: plus de 200 dossiers liés à des crimes graves en attente

Une tentative de reprise des tests le 1er septembre a échoué. vchalup – stock.adobe.com

Covid-19 | Cela représenterait plus de 200 dossiers liés à des crimes graves: les tests polygraphiques ont été suspendus depuis le confinement en mars.

Les tests polygraphiques ont été suspendus depuis le confinement en mars, ce qui représenterait une accumulation de plus de 200 dossiers, tous relatifs à des crimes graves. Une tentative de reprise des tests le 1er septembre a échoué parce que les quatre inspecteurs de police responsables des tests polygraphiques «ne peuvent pas garantir la qualité» et craignent pour leur santé, écrivent vendredi De Standaard, Het Nieuwsblad, Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg.

L’arrêt des tests était une mesure assez logique dans la mesure où, pour effectuer correctement un test polygraphique, la personne interrogée n’est pas autorisée à porter un masque buccal et l’inspecteur doit également s’asseoir près du sujet pour surveiller la «communication non verbale». Le risque de transmission du coronavirus étant trop élevé, les tests ont été interrompus.

Aujourd’hui, les tests sont toujours à l’arrêt. Le porte-parole de la police fédérale ne veut pas confirmer le nombre de tests reportés, mais reconnaît l’accumulation de dossiers, soulignant qu’ils feront tout leur possible pour relancer les tests dès que possible.