MOUSCRON

Au Bristol, on s’y attable aussi en terrasse

Au Bristol, on s’y attable aussi en terrasse

«Je suis ravie d’accueillir mes premiers clients, ce soir. L’effet rendu me plaît», s’enthousiasmait hier la patronne, Sibylle Rousseau, juste avant l’inauguration. ÉdA – 50915947817

L’une des tables de référence de l’entité a percé un mur au fond de sa salle, dévoilant hier soir un passage menant à 26 places!

En cette mi-septembre, la température atteint des sommets. Une météo qui incite à se restaurer à l’extérieur… «Lorsqu’il fait beau, les clients veulent être dehors à tout prix. On sent qu’on n’a pas cet effet terrasse, c’est plus calme lors des beaux jours», analyse Sibylle Rousseau, patronne du restaurant Le Bristol ayant inauguré sa terrasse, ce mercredi soir.

«Dès l’annonce officialisée sur les réseaux sociaux, j’ai directement eu des appels pour des réservations. Je suis ravie de les accueillir, rajoute notre interlocutrice travaillant en famille, avec son mari Olivier Defoirdt derrière les fourneaux et son fils Charles en salle (appuyé par Sylvain au service). Cela faisait deux à trois ans que cela nous trottait dans la tête. Avec la météo de plus en plus clémente en Belgique, il fallait le faire!»

La table de la rue de la Marlière disposant d’une cinquantaine de places intérieures peut aujourd’hui en offrir 26 de plus dans une atmosphère où le bois est roi «pour rappeler l’esprit du restaurant». C’est par le fond de l’établissement qu’on y accède: un passage menant dans leur jardin voisin inexploité a été transformé en espace de bouche! «Il va faire beau encore quelques jours et on voulait en profiter. Tout a pu être réalisé en un mois. Il y a eu un bon suivi du chantier et je tiens donc à remercier les entreprises locales qui nous permettent de déjà inaugurer notre terrasse: Sory, Paul Hovelaque, Frédéric Vanhecke et Frédéric Le Fevre ainsi que Christian Facon», dit encore la restauratrice.

Ce beau volume d’une cinquantaine de mètres carrés verra plus tard l’adjonction d’une structure venant couvrir la première partie de la terrasse «mais il n’est pas question de la couvrir totalement, cela restera un espace ouvert qui ne sera accessible que lors des beaux jours». Pourvu que ça dure, comme dirait l’autre!