BANDE DESSINÉE

Mikael, Béka, Makyo, Prugne, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 17 septembre

Mikael, Béka, Makyo, Prugne, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 17 septembre

«Bootblack», tome 2 (Dargaud). -

Le jeudi, c’est le jour de notre sélection bande dessinée. Avec, cette fois, héros jeunesse qui en a sous le casque, un repris de justice en quête de rachat et une petite leçon de philo qui fait du bien. Bonnes lectures.

 

1Lucien et les mystérieux phénomènes (T.1)

 

Mikael, Béka, Makyo, Prugne, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 17 septembre
Casterman -
Le résumé de l’éditeur

Lucien passe les vacances d’hiver chez ses grands-parents à Douarnenez. C’est la période du carnaval: une grande fête de cinq jours!

Mais cette année, les festivités sont perturbées par des agressions contre tous ceux qui veulent rejoindre l’île Tristan, petit coin de nature préservée, devenu lieu de culture et de convivialité. Tandis que la terreur s’empare des habitants, une rumeur prétend que les vols et pillages seraient perpétrés par le fantôme du cruel brigand La Fontenelle, aperçu dans les rues étroites du vieux port, et pourtant mort au XVIIe siècle.

L’occasion pour Lucien de résoudre un nouveau mystère!

Notre avis en un mot: RAFRAÎCHISSANT

C’est «LA» série jeunesse la plus intéressante du moment. Un parfait mélange d’aventure et de citoyenneté, sans lourdeurs ni leçons de morale, et avec une colorisation audacieuse.

Vous cherchez (déjà) un cadeau pour la Saint Nicolas du petit? Restez-en là, vous avez trouvé.

+ À LIRE AUSSI | Petit chasseur de fantômes

 

Casterman «Granit rouge», Le Lay/Horellou, 96 p., 16€.

 

 

2Le jour où la nuit s’est levée

 

Mikael, Béka, Makyo, Prugne, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 17 septembre
Bamboo -
Le résumé de l’éditeur

L’hiver, en fin de journée… Une tempête de froid et de neige s’abat sur Paris, bloquant plusieurs personnes dans la librairie de Clémentine. Dont Guillaume et Naori, maintenant installés dans la capitale, ainsi que Chantal l’écrivaine.

Cette bulle de temps imprévue sera l’occasion pour chacun de faire remonter ses souvenirs d’enfance, de réfléchir au poids de l’héritage familial, de l’éducation qu’il a reçue, à l’influence de ses parents et de sa famille sur sa vie et ses choix…

Jusqu’à ce que la tempête se calme et que la nuit se lève sur un nouveau jour… et peut-être une nouvelle façon de voir et de mener sa vie.

Notre avis en un mot: APAISANT

On aime beaucoup cette série, composée de modestes essais philos sur le sens de la vie, et la quête du bonheur.

Celui-ci, consacré à notre rapport aux parents, est particulièrement réussi.

 

Bamboo Les Béka/Marko, 64 p., 15.90€.

 

 

3Luminary (T.2)

 

Mikael, Béka, Makyo, Prugne, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 17 septembre
Glénat -
Le résumé de l’éditeur

En accusant à tort Gabriel King – et par extension les Black Panthers – d’avoir commis l’attentat ayant ravagé la clinique polytraumatique située à Manhattan, le gouvernement américain a allumé l’étincelle d’un immense feu de révolte.

Les communautés racistes n’hésitent plus à s’exposer au grand jour et enclenchent un processus de lynchage généralisé sur la population noire. C’est dans les états du Sud que les troubles sont les plus marqués et Billy, malgré la protection que lui offrent ses capacités de communications avec les animaux, est l’une des victimes de ces comportements agressifs et furieux.

À Washington, pour faire face à cette escalade de violence, le commandant Greenwood recommande au Président Carter d’user des pouvoirs offerts aux spécimens issus du projet Shamash afin de stabiliser la situation.

Car, même si Darby a perdu l’intégralité de ses capacités extraordinaires, Mila, elle, paraît tout à fait encline à mettre sa puissance au service de l’État.

Notre avis en un mot: MERVEILLEUX

Luc Brunschwig aime le feu.

Cette relecture de Photonik, avec l’épatant Stéphane Perger, propose une merveille, entre super-héros mal-aimés et problèmes d’acceptation (racisme, peur et mystification de la différence).

 

Glénat «Black Power», Brunschwig/Perger (d’après l’œuvre de Tota), 136 p., 19.95€.

 

 

4Effet miroir

 

Mikael, Béka, Makyo, Prugne, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 17 septembre
Delcourt -
Le résumé de l’éditeur

Louis Ferrant dirige l’usine familiale. Aujourd’hui, ce sont ses problèmes de couple qui l’obsèdent. Autant que ce rêve angoissant et récurrent…

Le soir venu, il va faire son footing quotidien. Il ne sait pas encore que son cauchemar va le surprendre en pleine réalité. L’épreuve s’annonce pour lui aussi terrible qu’injuste.

Et pourtant, elle pourrait s’avérer riche d’enseignements…

Notre avis en un mot: TÉLÉPHONÉ

Héritier propre sur lui, Louis, tout juste largué par sa fiancée, est pris en chasse, dans la forêt où il court, par un motard agressif.

Incongru? À voir au fil d’un récit un poil téléphoné. Même quand il n’y a pas de réseau.

 

Glénat Makyo/Laval NG, 88 p., 17.95€.

 

 

5Lefranc (T.31)

 

Mikael, Béka, Makyo, Prugne, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 17 septembre
Casterman -
Le résumé de l’éditeur

En vacances en Alsace, Jeanjean et Lefranc font la connaissance d’Eline Van Dijck. De l’autre côté du globe, dans le Bush d’Afrique du Sud, d’étranges événements ont lieu dans le parc Van Dijck, un lieu de protection et de découverte de la vie sauvage administré par son grand-père, Geert.

Des animaux y sont abattus et les touristes se font de plus en plus rares. À Strasbourg, alors qu’ils se reposent après leur journée de ski, Jeanjean et Lefranc sont réveillés en pleine nuit par des cris: Eline vient d’être enlevée.

Alors que la crise de l’apartheid est à son sommet en Afrique du Sud, pourquoi cette jeune fille s’est-elle fait enlever? Qui aurait intérêt à faire chanter Geert Van Dijck?

Notre avis en un mot: LÉGER

En mode DiCaprio sur la couverture (copiant un visuel vu et revu du dernier Tarantino), le héros de Jacques Martin n’est plus franc du collier.

Voilà un scénario qui tient sur un post-it mais est tiré en longueur, entre Afrique du sud et Alsace enneigée.

 

Casterman «La rançon», Martin/Seiter/Régric, 48 p., 11.95€.

 

 

6Dr James Barry

 

Mikael, Béka, Makyo, Prugne, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 17 septembre
Steinkis -
Le résumé de l’éditeur

Le 21 août 1865, le Manchester Guardian révèle que le Docteur James Barry, un médecin militaire considéré par tous ceux qui l’ont côtoyé comme l’un des chirurgiens les plus brillants de sa génération, était… une femme.

L’histoire est fascinante, mais également humiliante pour l’armée, qui s’efforcera de faire taire la rumeur et mettra sous scellés, un siècle durant, les documents relatifs au docteur Barry.

Dans son élan, elle dissimule le prodigieux travail de modernisation et d’humanisation de la médecine que la chirurgienne avait effectué.

Notre avis en un mot: SINGULIER

Après avoir adapté Zola, Maupré continue d’être au Bonheur des dames.

Sur un scénario de Bauthian, elle conte le drôle de destin de James Barry, docteur prodige et jalousé, qui a passé sa vie a caché qu’il était… une femme.

 

Steinkis Maupré/Bauthian, 128 p., 19€.

 

 

7Après le monde

 

Mikael, Béka, Makyo, Prugne, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 17 septembre
Sarbacane -
Le résumé de l’éditeur

Depuis qu’une étrange tour de lumière blanche a fait son apparition, le monde s’est progressivement évaporé. Les gens ont disparu un à un, aspirés, inexplicablement.

Héli et Selen ne se connaissent pas, mais sont les derniers survivants. Autour d’eux, c’est une ville fantôme, un monde arrêté: ne reste que la mystérieuse tour blanche, qu’ils tiennent pour responsable de toutes ces âmes volées.

Alors c’est décidé: ensemble, ils vont y aller afin de découvrir la vérité.

Notre avis en un mot: INTRIGANT

Ne lisez pas la quatrième de couverture qui en dit déjà trop long.

Pour son premier album, Timothée Leman fait son Je suis une légende version jeunesse.

C’est superbe, intrigant, magnétique mais on reste sur notre fin.

 

Sarbacane Timothée Leman, 158 p., 24€.

 

 

8Tomahawk

 

Mikael, Béka, Makyo, Prugne, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 17 septembre
Daniel Maghen -
Le résumé de l’éditeur

En 1756, la France se trouve au cœur d’un conflit majeur qui embrase toute l’Europe et qui l’oppose à la Prusse et à l’Angleterre, son ennemi héréditaire. C’est la guerre de sept ans.

Pour les colonies françaises du Nouveau Monde, cette guerre a commencé dès 1754. Les sujets du roi George portent sans relâche l’escarmouche contre les forts français dressés sur leur frontière de l’Ouest. La bataille de Fort Carillon eut lieu au sud du lac Champlain, entre ce dernier et le lac George.

Ces deux lacs séparaient la colonie britannique de New York de la colonie française du Canada (Nouvelle-France). L’histoire de Tomahawk débute un mois avant cette bataille et s’achève au moment de l’attaque.

Nous suivons Jean Malavoy, jeune milicien, dans un combat contre un gigantesque grizzly…

Notre avis en un mot: BEAU

Le Nouveau Monde, c’est la spécialité de Patrcick Prugne (Pawnee, Iroquois, Vanikoro, etc.). Qui nous y renvoie en l’an 1756, dans le sillage d’un déserteur déterminé à avoir la peau d’un… ours, plutôt que celle des Anglais. Mais ça s’explique.

Et c’est toujours très beau.

 

Daniel Maghen Prugne, 96 p., 19.50€.

 

 

9Van Gogh, fragments d’une vie en peinture

 

Mikael, Béka, Makyo, Prugne, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 17 septembre
Glénat -
Le résumé de l’éditeur

Au fil de quinze lettres de Van Gogh lui-même, adressées à ses proches et étalées sur les 17 années précédant sa mort, Danijel Zezelj nous expose les joies, les peines et les violents remous de l’âme d’un artiste torturé.

Illustrant à travers des planches au charme perturbant et à la puissance ténébreuse la déliquescence mentale de ce peintre habité, il nous emmène dans un sombre et sublime monde composé uniquement de noir et de blanc.

Les pensées du célèbre Hollandais prennent librement forme dans les planches muettes du dessinateur croate qui révèle avec une maestria funèbre le contraste entre la correspondance nourrie de Van Gogh et l’état fébrile de sa psyché.

Notre avis en un mot: ÉTRANGE

Zabus nous avait fait le coup de la non-biographie de Magritte, Zezelj fait de même avec Van Gogh.

Tirant vers le noir les couleurs du peintre, le Croate compulse vers l’étrange la fructueuse correspondance du Néerlandais. Fou.

 

Glénat Zezelj, 152 p., 22€.

 

 

10Bootblack (T.2)

 

Mikael, Béka, Makyo, Prugne, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 17 septembre
Dargaud -
Le résumé de l’éditeur

Allemagne, 1945. Les troupes américaines traquent les derniers soldats ennemis. Dans leurs rangs, un homme n’a pas fait le deuil de son passé. Ancien cireur de chaussures sur les trottoirs de New York, un Bootblack, il est né sous le nom d’Altenberg, mais il préfère qu’on l’appelle Al Chrysler.

Pour oublier l’horreur de la guerre, Al se réfugie dans ses souvenirs, à l’époque où il n’était qu’un gamin des rues de Manhattan.

Avant de s’engager, il a passé dix années en prison. Aujourd’hui, il a 25 ans. La femme de sa vie, Maggie, n’est plus qu’un reflet dans sa mémoire. Tous ses copains sont morts. Tous, sauf un, «Diddle Joe», qu’il revoit sur le front. Leurs retrouvailles seront brutales: Al découvre que «Diddle Joe» les a trahis…

Notre avis en un mot: HABILE

On a quitté l’immigré allemand Al en prison, le revoici au front… sous l’uniforme américain.

Un second volet qui clot habilement un diptyque un rien moins réussi par Mikael que son précédent Giant. Mais on chipote, là.

 

Dargaud Mikael, 64 p., 14.50€.

 

 

11Horseback 1861

 

Mikael, Béka, Makyo, Prugne, etc.: nos 11 coups de cœur (ou de griffe) BD du 17 septembre
Ankama -
Le résumé de l’éditeur

1861. Le spectre d’une guerre civile s’éloigne enfin dans cette Amérique qui vient de réélire le président Richard Clarks peu de temps après l’assassinat d’Abraham Lincoln, son plus farouche opposant…

Redford J. Randall, chasseur de primes à la retraite, y dirige maintenant une société de convoyage basée à Hill Haven dans le Kansas: la Randall Delivery! Après avoir accepté une mission pour le compte du gouvernement, Randall, son équipe et la mystérieuse cargaison deviennent la cible de tous les ruffians.

De l’est vers l’ouest, en passant par les territoires indiens, le périple s’annonce mouvementé et le destin de la Randall Delivery semble plus que jamais lié à celui des États Unifiés d’Amérique.

Notre avis en un mot: FOU

Sous une couverture pleine de folie, décérébrée, Nikho se révèle en action-man du crayon et en fait émerger la folie dans ce western d’uchronie.

Les USA que vous connaissez n’ont jamais existé et vous allez comprendre pourquoi.

 

Ankama Nikho Hasteda, 152 p., 18.90€.