JUDICIAIRE

Le conseil de Nicolae Dragu plaide l’homicide involontaire

Le conseil de Nicolae Dragu plaide l’homicide involontaire

Nicolae Dragu, âgé de 44 ans, et Vasile Zaharia, âgé de 53 ans, sont accusés du meurtre de Traian Zoltan, âgé de 50 ans, commis la nuit du 15 au 16 septembre 2018 à Bruxelles. BELGA

Me Guerric Goubau a plaidé la culpabilité de son client pour coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, écartant la thèse du meurtre, mercredi, devant la cour d’assises de Bruxelles. La procureure, Aurélie Baurain, a quant à elle requis la culpabilité des deux accusés pour meurtre. Nicolae Dragu et Vasile Zaharia sont accusés d’avoir tué Traian Zoltan dans une cabane de fortune à Bruxelles, la nuit du 15 au 16 septembre 2018. Les trois hommes avaient consommé de l’alcool ensemble, puis une dispute avait éclaté au sujet d’argent volé.

«Vous devez vous demander dans quel état d’esprit étaient les accusés. Et pour cela, il faut notamment regarder où les coups ont été donnés», s’est adressé Me Goubau aux jurés.

«Des zones vitales du corps, comme la tête, ont été touchées. Mais la plupart des coups sont situés au niveau des membres inférieurs et supérieurs. Et c’est ce que Nicolae Dragu a toujours dit: ‘j’ai visé les jambes et les bras’. Selon moi, il est donc improbable que ces zones vitales étaient visées. C’est le fruit du hasard. Les coups ont été portés dans l’obscurité, avec acharnement c’est vrai, mais un acharnement aveugle, sans but précis», a-t-il soutenu.

«D’autre part, les médecins légistes ont affirmé que les fractures au crâne n’étaient pas les blessures les plus graves et ont parlé de manoeuvres d’étouffement ‘probables’. Mais surtout, les experts ont déclaré qu’il n’y avait pas de cause unique du décès», a soutenu l’avocat. «J’estime donc qu’il y a un doute bien lourd sur l’intention homicide.»

Nicolae Dragu, âgé de 44 ans, et Vasile Zaharia, âgé de 53 ans, sont accusés du meurtre de Traian Zoltan, âgé de 50 ans, commis la nuit du 15 au 16 septembre 2018 à Bruxelles.

Le corps sans vie de la victime avait été découvert à l’intérieur d’une cabane en bois, située le long du Boulevard de l’Empereur à Bruxelles, le 17 septembre. Elle était décédée des suites de coups par objet contondant et de manoeuvres d’étouffement, associées à une intoxication alcoolique sévère et à une fragilité cardiaque.

Lors de sa première audition, Vasile Zaharia, qui est à l’origine de l’appel passé aux services de secours le 17 septembre, avait déclaré qu’il avait passé la nuit du 15 au 16 septembre dans cet abri de fortune, en compagnie de Nicolae Dragu et de Traian Zoltan. Ils avaient consommé de la bière et de la vodka puis ses deux comparses s’étaient disputés pour une question d’argent.

Nicolae Dragu, quant à lui, avait été arrêté en France une quinzaine de jours après les faits. Il avait confirmé s’être disputé avec Traian la nuit dont il est question, l’avoir giflé puis l’avoir frappé avec un tuyau en plomb, à plusieurs reprises dans les bras et les jambes. Il avait ajouté que Vasile avait ensuite également donné plusieurs coups à la victime avec cet objet.

Réinterrogé, Vasile Zaharia avait alors admis avoir donné un coup à la victime, au niveau de la plante des pieds. Mais il est revenu sur cette déclaration devant la cour d’assises, affirmant avoir été arrêté par Nicolae Dragu dans son geste de frapper Traian Zoltan.

Les accusés avaient tous deux déclaré qu’ils s’en étaient pris à la victime parce qu’ils la suspectaient d’avoir commandité des vols d’objets et d’argent qui leur appartenaient, plusieurs mois auparavant.