MONDE

Donald Trump partage une vidéo falsifiée de Joe Biden: vraiment piégé ou faussement naïf?

Donald Trump partage une vidéo falsifiée de Joe Biden: vraiment piégé ou faussement naïf?

Reporters/DPA

Une vidéo de Joe Biden, passant sur son téléphone une chanson de rap insultant la police, a été repartagée par Donald Trump. Sauf qu’il s’agit d’un montage.

Joe Biden, candidat démocrate à la Maison Blanche, s’avance vers un pupitre avant de sortir son téléphone qu’il tend vers le micro.

Après quelques secondes, la chanson «Fuck Tha Police» du groupe de rap NWA résonne, sous un large sourire de Biden.

L’extrait musical ne fait pas dans la dentelle.

Il s’agit d’un hymne anti-flic qui blâme la police pour les dérapages racistes. Une chanson sortie en 1988 qui trouve un écho particulier en ces temps troublés pour la police américaine, après plusieurs bavures envers des personnes de couleurs.

Donald Trump a repartagé la vidéo s’interrogeant: «Qu’est-ce que tout cela?» a-t-il tweeté.

 

 

Sauf que…

Joe Biden n’a jamais diffusé cette chanson, comme le rapporte le Washington Post.

La vidéo de Biden derrière son pupitre, bien réelle, a été modifiée en y ajoutant la chanson de NWA par-dessus une autre. Un titre bien moins polémique puisqu’il s’agit du tube de l’été 2017, «Despacito» de Luis Fonsi et Daddy Yankee.

Si Joe Biden a diffusé cette chanson, qui approche des 7 milliards (!) de vues sur YouTube, c’est parce qu’il s’adressait aux électeurs latinos en Floride, ce 15 septembre, après avoir été introduit sur la scène par les chanteurs Ricky Martin et Luis Fonsi.

 

 

Un clin d’œil que le candidat conclut par cette phrase: «Si j’avais autant de talent que ces gars-là je serai élu président à l’applaudimètre».

Twitter a réagi au tweet contenant la vidéo falsifiée, repartagée par le président des États-Unis, en lui apposant un macaron « média manipulé ». Le compte à l’origine du trucage est clairement parodique et se revendique humoristique.

Le président américain savait-il ou ne savait-il pas que la vidéo était trafiquée?

S’il savait, c’est de la manipulation grossière. S’il ne savait pas, on peut s’interroger sur son manque de discernement.

Mais peu importe sans doute, son message est passé, insidieusement.

Ce n’est pas la première tentative de Donald Trump de faire passer son concurrent pour un rival de la police. Comme le rappelle le Washington Post, Il avait déjà lancé une fausse affirmation sur la volonté de Joe Biden de définancer les forces de l’ordre.

Tant que le message passe, que celui-ci soit vrai ou faux ne semble pas émouvoir le président.