MOBILITÉ

MoveBrussels, app multimodale de la STIB, lancée pour plus de 2.000 Bruxellois

MoveBrussels, app multimodale de la STIB, lancée pour plus de 2.000 Bruxellois

L’app ne se limite plus uniquement à la STIB mais s’ouvre à toutes les plateformes de mobilité disponibles à Bruxelles. Y compris la marche. STIB

Le grand test de l’application Mobility as a Service (MaaS) de la STIB débute ce 16 septembre. Baptisée MoveBrussels, l’app combine les offres de transports. 2000 personnes vont la tester.

Le grand test de l’application Mobility as a Service (MaaS) de la Stib débute ce mercredi, annonce la société de transports en commun. Baptisée MoveBrussels, l’application offre des solutions de mobilité sur mesure en proposant un mode de transport ou en combinant plusieurs modes (publics, privés, partagés). Plus de 2.000 personnes ont été retenues pour en faire l’évaluation. Le test doit durer neuf mois.

L’application a été élaborée et développée par la STIB en collaboration avec Bruxelles-Mobilité.

MoveBrussels a dans un premier temps été testée en interne à la STIB. Ce premier test a d’ores et déjà permis d’améliorer l’outil. Les nouveaux testeurs dont l’expérience commence mercredi ont été recrutés pour rassembler des profils hétérogènes: âge, genre, code postal, domicile, avec ou sans enfant, avec ou sans voiture, habitué ou non aux modes de déplacement combinés etc. Les curieux peuvent d’ailleurs toujours participer.

Train, tram, bus, vélo, voiture et trotinette

Tous les opérateurs de transports publics (STIB, SNCB, TEC et De Lijn), l’opérateur de trottinettes partagées Dott, les opérateurs Villo et Billy Bike pour les bicyclettes, Cambio pour les voitures partagées et Taxis Verts sont inclus dans l’application. D’autres opérateurs seront intégrés au fur et à mesure, Lime et Poppy devant être les prochains. MoveBrussels reprend aussi des informations relatives aux parkings publics et parkings vélos.

Après avoir rempli son profil et ses préférences de transports, l’utilisateur qui voudra relier un point A à un point B demandera à l’application de lui proposer une manière de s’y rendre, qui pourra impliquer un ou plusieurs modes de transports en fonction de l’heure, mais aussi de ses préférences. «L’application lui indiquera le temps estimé pour chaque trajet, son coût mais également les émissions de CO2 émises au cours du trajet ou encore le dénivelé de la route», indique la STIB.

L’application donne également les informations générales sur les lignes, comme les perturbations programmées, ou impromptues, en ce qui concerne la STIB.

Elle reprend aussi les informations sur l’accessibilité de lignes et stations pour les personnes à mobilité réduite et propose une synthèse vocale qui lit certaines informations.

«Décloisonner la mobilité»

«Aujourd’hui, beaucoup de Bruxellois sont centrés sur un seul mode de déplacement: ils sont soit utilisateurs de transport public, soit automobilistes, soit cyclistes. Le MaaS va nous permettre de décloisonner la mobilité bruxelloise et va encourager les Bruxellois et visiteurs de Bruxelles à utiliser le mode de déplacement le plus approprié pour chaque déplacement. Cela va aussi faire connaître toutes les opportunités, parfois peu connues qu’offre notre Région», se réjouit la ministre de la Mobilité, Elke Van den Brandt.

Les testeurs recevront des missions à effectuer. Un système de concours pour remporter des bons cadeaux est notamment mis en place pour les inciter à suivre les propositions faites par l’application et en donner leur retour.

Ce test à grande échelle est prévu pour une durée de neuf mois.