TRAIL

L’Hastrail, ou comment manger du dénivelé

L’Hastrail, ou comment manger du dénivelé

Plusieurs frontaliers avaient fait le saut jusqu’à Heer, comme la Française Aurélie Papart. Amandine Gilson

Après quelques semaines de disette pour certains, c’était une sorte de reprise, samedi, à Heer-sur-Meuse pour l’Hastrail.

C’est à Heer-sur-Meuse, dans la commune d’Hastière, que les traileurs se sont donné rendez-vous samedi à l’occasion de la 10e édition de l’Hastrail. Cette année, période particulière oblige, ils n’étaient que 300 à avoir obtenu leur dossard (une centaine de participants sur chaque distance). «Dans un premier temps, nous pouvions accueillir 200 participants. Nous avions donc choisi de proposer deux distances, 13 et 33. Finalement, nous avons reçu l’autorisation de rouvrir les inscriptions pour 100 personnes supplémentaires. C’est ainsi qu’il y avait également un 19 km au programme », explique Vincent Scaillet, le chef d’orchestre de l’Hastrail, bien aidé par sa bande de bénévoles.

Goubau à travers tout

Avec 800 m de dénivelé positif sur les 13 km, 1 400 m pour le 19 bornes et 1 800 m pour les 33 km, les participants ont mangé du dénivelé. Parcours difficiles (où on grimpe certaines côtes à quatre pattes ou à l’aide de cordes), descentes escarpées et peu de parties réellement roulantes… voilà le programme de la journée.

Les premiers à rallier la ligne d’arrivée étaient les participants du 13 km, après 1 h 06 d’effort. Qui d’autre que l’ancien spécialiste de la course d’orientation, Johan Goubau, pour décrocher la victoire sur un parcours tous azimuts? Personne. Il a devancé Sylvain Clarenne de 10 minutes. Patrick Verte a complété le podium.

Chez les filles, la course a été plus disputée, même si Charline d’Orchymont l’a menée de bout en bout. Julie Burnay et Julie Vanderlinden se sont disputé la 2e et la 3e place.

Parti sur les chapeaux de roue, Geoffrey Lallemand a pu garder le rythme et s’est finalement imposé sur la distance intermédiaire avec près de 6 minutes d’avance sur Olivier Deckers. À sa plus grande surprise, c’est Davy Wattier qui est monté sur la 3e marche du podium. Vanessa Hermand a quant à elle été la plus rapide parmi les 17 dames au départ.

Faire et refaire l’écart

Après son échotrail la semaine dernière, et sa victoire, Guillaume Deneffe était content de retrouver une épreuve belge comme il les aime, avec un départ en masse (ou presque), et des concurrents pour le pousser un peu dans ses retranchements. Il a rapidement décidé de creuser l’écart avec le reste du peloton pour éviter de tracer la route pour ses concurrents. Alors qu’il comptait plus de 4 minutes d’avance, il s’est égaré. C’est avec seulement une poignée de secondes d’avance qu’il a retrouvé son chemin et a dû refaire le travail une seconde fois pour au final franchir la ligne d’arrivée avec 9 minutes d’avance sur Jérôme Quétin. Benoît Jeandel s’est contenté de la 3e place. Belle victoire de Marion Snickers sur cette même distance, qui a explosé le chrono.