JARDIN

Créer des zones d'ombre dans son jardin

Créer des zones d'ombre dans son jardin

Jérôme Rommé – stock.adobe.com

Le soleil vous a incommodé cet été? Pensez déjà à aménager votre jardin pour l’an prochain.

Août 2020 a été le deuxième mois d’août le plus chaud depuis 1833, avec 20,9 °C de moyenne. Soit trois dixièmes de moins que le record datant de 1997. Un soleil de plomb, omniprésent. Beaucoup se sont rendu compte qu’une terrasse ou qu’un coin de jardin ombragés n’avaient pas de prix. A contrario, d’autres ont été confrontés à une carence d’ombre. Jurant qu’on ne les y reprendrait plus, ils sont déjà en train de penser à une installation pour éviter pareil scénario lors du retour des prochaines canicules.

Il y a, bien sûr, les traditionnels parasols, à pied central ou déporté. Les gammes existent, nombreuses, avec des systèmes, des coloris et des prix variés. Au passage, on notera, dans la catégorie supérieure, un modèle permettant de couvrir 36 m² (6x6), composé d’un pied autour duquel peuvent se déployer d’un à quatre parasols.

Banne ou pergola

Une protection solaire qui a la cote depuis quelques années, c’est la banne. Soit un caisson en aluminium renfermant des bras articulés dans la même matière et une toile acrylique, polyester ou microperforée. Les bras permettent de déployer la toile, le plus souvent de façon automatisée via un interrupteur et/ou une télécommande.

«Pour un modèle de 6 m de large et 4 m de projection, il faut compter entre 2 800 et 4 100 euros, hors TVA et pose comprise, nous explique Dominique Leclercq, patron des établissements du même nom à Aywaille, spécialisé dans les protections solaires. La différence de prix tient surtout dans la solidité du caisson et des bras porteurs. Par exemple, plus ceux-ci sont résistants au vent, plus ils sont chers. Il existe aussi différentes options: éclairage led dans les bras, lambrequin (tissu descendant au bout de la banne), capteur faisant rentrer la toile en cas de vent trop fort…»

La profondeur de la projection dépend de la largeur de la toile. «Vous n’aurez pas une largeur de 3 m avec 4 à 5 m de projection», avertit ainsi Dominique Leclercq.

L’autre produit tendance est la pergola. «Nous sommes à mi-chemin entre la banne et la véranda.Structure en aluminium, toile semi-transparente, lames inclinables, protections sur le côté… De plus en plus de particuliers installent cela chez eux, n’importe où dans le jardin. La pergola devient presque une pièce à vivre. Mais elle a un coût. Comptez environ 9 500 euros, pose comprise, pour une pergola de 4x4 m.»

Permis ou pas?

Deux éléments importants sont à prendre en compte: le montant de la TVA, à 6 ou à 21%, et la nécessité ou non d’un permis d’urbanisme.

Dans sa dernière mise à jour, du 9 juillet dernier, le Code du développement territorial wallon (CoDT) précise bien qu’il ne faut pas de permis d’urbanisme pour l’édification d’une pergola, définie comme étant «la petite structure de jardin faite de poutres en forme de toiture soutenue par des colonnes, qui sert de support à des plantes grimpantes». Aucun souci également pour la pose d’une banne. Petite indication administrative intéressante: si vous passez par un professionnel pour la pose d’une banne ou l’installation d’une pergola attenante à l’habitation, la TVA applicable sera de 6% si le bâtiment a plus de 10 ans, contre 21% si vous souhaitez réaliser vous-même le placement.

Créer des zones d'ombre dans son jardin
alexandre zveiger – stock.adobe.com

Quelles plantes pour la pergola?

Selon que l’on préfère des fruits ou des fleurs et un feuillage caduque ou persistant, le choix ne manque pas. Il faut aussi tenir compte de l’orientation.

L’option végétale de la pergola est très séduisante. Mais une fois la structure posée ou construite, sachant qu’il existe de multiples possibilités en termes de plantes grimpantes, il faut tenir compte de certains paramètres.

Le premier concerne le feuillage: caduque ou persistant? Si la pergola est attenante à la maison, préférez les plantes à feuilles caduque. Une fois celles-ci tombées, le soleil d’hiver pourra percer et illuminer l’intérieur de la maison.

Créer des zones d'ombre dans son jardin
Aggi Schmid – stock.adobe.com
Ensuite, il conviendra peut-être de faire un choix entre les essences ne comportant que des feuilles et celles produisant des fleurs et/ou des fruits. Les deux dernières ont souvent la cote, jusqu’à ce que l’on se rende compte qu’elles sont de véritables invitations adressées aux guêpes et autres insectes mellifères qui risquent de perturber nos repas ou nos moments de repos.

Enfin, l’orientation de la pergola est également un facteur décisionnel important. La plante choisie doit pouvoir s’épanouir correctement dans les conditions d’ensoleillement qui lui sont imposées.

Parmi les plantes qui apprécient la pergola, citons les glycines, rosiers, chèvrefeuilles, clématites, capucines… qui fleurissent joliment. Les vignes, framboisiers et autres fraisiers Mount Everest donneront des fruits, tandis qu’une structure bien verte sera possible grâce au lierre, à l’akébie (semi-persistant)…