TRIATHLON

Des triathlètes devenus «Ironmen»

Des triathlètes devenus «Ironmen»

Damien Dupont et Julien Soussigne ont expérimenté le triathlon dimanche aux Sables d’Olonne -

Les épreuves du label Ironman ont repris en force avec le complet de Tallinn samedi, et le semi des Sables d’Olonne dimanche.

Les compétitions internationales reprennent doucement, mais sûrement. Ce week-end, certains triathlètes namurois se sont rendus à Tallinn, la capitale de l’Estonie, pour participer à un Ironman. Au programme, 3,8 km de natation, 180 bornes de vélo et enfin un marathon, soit 42,195 km de course à pied. Le diététicien de Sambreville, Olivier Lange, avait fait de cette épreuve l’objectif de sa saison, vu l’annulation d’autres rendez-vous auxquels il avait prévu de participer. «La forme était bonne mais le voyage et la préparation de celui-ci ont grillé un peu d’influx nerveux. Il est certain que je pensais à la qualification pour les championnats du monde à Hawaï, mais le niveau s’annonçait très relevé, avec une dizaine de gars capables de descendre sous les 9 h dans ma catégorie», précise celui qui avait un record personnel à 9 h 29. Finalement, Olivier Lange est content de sa performance, puisqu’il a battu son record personnel de 10 minutes, décrochant la 11e place de sa catégorie (40-44 ans), en 9 h 19 et la 51e place du classement général, sur les 693 finishers.

Une épreuve venteuse

Son fidèle coéquipier, Nicky Detry, avait également fait le déplacement. Il termine 36e de sa catégorie (45-49 ans) en 10 h 22 et 225e au scratch.

Le troisième luron de la bande, c’est Geoffrey Koekelberg. L’athlète du team jambois Trifast espérait terminer en moins de onze heures. Mais il a éprouvé quelques difficultés par rapport au vent et les derniers kilomètres ont été éprouvants. C’est finalement sur un chrono de 11 h 18 que le marquoir s’est arrêté, ce qui lui a valu une 58e place dans sa catégorie (35-39 ans) et une 39e place au général.

Première expérience concluante

Le dimanche, c’est en France, aux Sables d’Olonne, que se rendaient Damien Dupont, Julien Soussigne, Nadège Giaux et la triathlète professionnelle Alexandra Tondeur. Au programme, un triathlon «70.3», comme on dit dans le jargon, soit la moitié des distances d’un triathlon complet: 1 900 m de natation, 90 km de vélo et un semi-marathon, soit 21 km de course à pied.

Partie avant les groupes d’âge, avec neuf autres athlètes féminines, Alexandra Tondeur est sortie assez loin de l’eau, à la huitième place. Mais elle a ensuite fait une véritable remontada. Elle s’est retrouvée rapidement à la quatrième place pour finalement terminer deuxième à 1’16 de la gagnante, la Française Justine Mathieux, en 4 h 19. «Je n’ai pas du tout communiqué sur cette épreuve tout simplement car je ne savais pas si j’allais être capable d’être au départ ou non. J’ai été bloquée du dos durant plusieurs jours et je suis vraiment contente de ce premier podium international, compte tenu de toutes ces péripéties», explique celle qui reste toutefois un peu déçue de sa natation.

Pour Damien Dupont et Julien Soussigne, coéquipiers aux Superbikers, c’était une belle première expérience sur un triathlon, avec des chronos respectifs de 4 h 38 et 4 h 45. De son côté, Nadège a terminé son semi en 5 h 54.