L’importance des standards

Standard

Dans le choix des matériels pour une installation domotique, il est préférable de choisir des fabricants qui utilisent des protocoles reconnus. L’utilisation de standards permet de ne pas dépendre d’un mono fabricant. En cas de faillite ou de cessation d’activité, il ne sera plus possible de faire évoluer votre système domotique ou le cas échéant de trouver une pièce de rechange pour une réparation.

Un protocole domotique est en quelque sorte une langue qui permet à des appareils connectés de se comprendre et de communiquer entre eux. De prime abord, pour que deux appareils se comprennent, ils doivent parler une même langue, donc partager le même protocole. Plusieurs grands standards se partagent le marché dans le monde. En domotique, même s’ils ne sont pas les seuls, KNX et EN Ocean se partagent le marché. KNX est l’abréviation du mot Konnex, il s’agit d’un standard éprouvé issu de plusieurs technologies qui représente aujourd’hui plus de 70% du marché de l’automatisation du bâtiment en Europe. Ce protocole fonctionne aussi bien pour une maison unifamiliale que pour un immeuble à plusieurs étages, il permet notamment le contrôle de la climatisation, de l’éclairage, des accès, … et se caractérise donc par sa polyvalence. Le domaine d’application d’EN Ocean est quelque peu différent, il se base plus sur la technologie sans fil et sans pile en puisant l’énergie dans son environnement. Cela lui permet d’émettre un signal pour entrer en communication avec des objets connectés utilisant le même langage. D’autres protocoles existent cependant tels Z-Wave, Edisio ou Zigbee, avec le développement de la domotique, il faut s’attendre à l’apparition de nouveaux protocoles dans un avenir proche. Il est à noter qu’il existe des passerelles pour les objets connectés utilisant des protocoles différents, même s’il paraît plus cohérent, dans une installation domotique de choisir dès le départ des objets connectés parlant le même langage.

La domotique en auto-constructeur

La société Brainbox, pionnière en la matière, propose aux particuliers d’installer eux-mêmes leur installation domotique. « Avant de se lancer dans l’installation, des conseillers viennent chez le client pour étudier ses besoins et ses souhaits. Le seul préalable que nous demandons est que nos clients soient bricoleurs, qu’ils sachent faire une saignée avec une disqueuse par exemple. Une connaissance technique préalable n’est donc pas nécessaire, notre principe de fonctionnement s’adresse à toute la population. Si un particulier fait des économies en prenant en charge l’installation - le gain financier est un de nos chevaux de bataille - je vois cependant un autre avantage au Do it yourself. Il sera obligé de s’intéresser aux techniques et les choisir en fonction de ses besoins. En outre, comme il installe tout lui-même, il ne sera pas dépendant d’un technicien extérieur pour la faire fonctionner et le cas échéant la faire évoluer. Nous avons d’ailleurs des clients qui reviennent des années plus tard pour modifier ou compléter leur installation. Le client reçoit un coffret et il doit juste tirer les câbles, il s’agit d’un coffret mono et triphasé qui permet des évolutions. Pour l’aider, nous avons des conseillers ainsi que des vidéos explicatives.  Il ne faut pas perdre de vue qu’une telle installation est faite pour durer de 10 à 20 ans. » explique Phillipe Fondu de la société Brainbox.

Domotique filaire ou sans fil ?

Dans le cadre d’une maison neuve, pour autant que tout soit bien pensé au préalable, la technologie filaire s’impose comme une évidence. Le grand avantage de la domotique filaire est l’absence d’ondes. Celles-ci sont déjà omniprésentes dans notre environnement et nous n’avons pas encore suffisamment de recul pour en prévoir les éventuelles conséquences sur notre santé. Donc quand nous pouvons éviter une production supplémentaire d’ondes, il faut le faire. En outre, la technologie filaire permet une transmission totalement sécurisée des informations. Dans une habitation existante, malgré la production d’ondes, la domotique sans fil s’impose souvent comme une évidence. Elle évite de devoir opérer de lourds travaux de câblage et elle s’adapte aussi facilement à un réseau préexistant. Pour des raisons pratiques, il est parfois nécessaire dans une installation domotique de devoir utiliser simultanément les deux technologies.

Habitat : articles proposés par la régie