TECHNOLOGIE

Batteries autochargeantes et éternelles, une technologie bientôt au point

Batteries autochargeantes et éternelles, une technologie bientôt au point

Une technologie qui pourrait révolutionner notre quotidien. EDA

Qui n’a jamais rêvé de voir la batterie de son smartphone ne jamais tomber à plat? Ou d’un trajet en voiture électrique illimité? Une start-up américaine a peut-être la solution.

NDB Technology est une start-up américaine qui s’est engagée dans le développement et la fabrication d’une batterie d’un genre nouveau. La batterie Nano Diamond pourrait fournir une solution d’énergie propre et verte pour l’avenir.

«Nous croyons à la coexistence de l’innovation et de l’environnement. Nous pensons qu’il est de notre responsabilité de mettre en œuvre des innovations qui améliorent le niveau de vie tout en étant durables et respectueuses de l’environnement. NDB dispose d’une vaste équipe d’experts à la fois en affaires et en science pour fournir la solution d’énergie verte indispensable, permettant non seulement à NDB de faire partie du très grand marché mondial des batteries, mais également d’exceller et d’ouvrir la voie pour l’avenir des batteries» explique la firme sur son site.

Un besoin permanent

Dans le monde moderne, les batteries sont devenues indispensables et dans bien des domaines. Il existe donc une demande croissante de dispositifs efficaces et rentables, qui doivent répondre à un besoin constant d’amélioration par rapport aux technologies déjà existantes.

De plus, les batteries actuellement sur le marché suscitent de nombreuses préoccupations sur leur aspect réellement écologique et sur les conditions de production des matières première nécessaires. Pour prétendre à une énergie verte, cette production doit, forcément, être conforme aux principes de développement durable.

Batteries autochargeantes et éternelles, une technologie bientôt au point
Une batterie à base de déchets nucléaires. -NBD Technology

Une batterie qui se recharge d’elle-même

«Imaginez un monde où vous n’auriez pas du tout à recharger votre batterie pour la journée. Imaginez maintenant que ce soit pour la semaine, pour le mois… Et pendant des décennies? C’est ce que nous pouvons faire avec cette technologie», explique Neel Naicker, le porte-parole de NDB. Cela fait rêver, d’autant plus que le fonctionnement de cette batterie serait sans aucun impact pour l’environnement. Nous y reviendrons.

Imaginez un monde où vous n’auriez pas du tout à recharger votre batterie pour la journée. Imaginez maintenant que ce soit pour la semaine, pour le mois… Et pendant des décennies

De plus, cette batterie vient tout juste de passer des tests d’efficacité. Les premiers résultats sont positifs, la batterie s’est montrée capable de supporter une charge de 40%. Pour les concepteurs, quand la technologie sera au point la durée de vie pourrait être de 10 à 28 000 ans.

Comment cela marche?

Le carbone 14, un isotope radioactif du carbone, est un déchet nucléaire extrêmement polluant et difficile à stocker. C’est pourquoi NDB (pour Nano Diamond Battery) a décidé de fabriquer ce nouveau type de batterie à partir de ces déchets nucléaires. La société collecte des pièces de réacteurs nucléaires en graphite, devenues radioactives et utilise ce graphite comme «modérateur» et «réflecteur» de neutrons. Ensuite, elle le purifie afin de faire naître de minuscules diamants au carbone 14.

Une fois ce diamant créé, il va convertir les électrons énergétiques, émis par le carbone 14, en électricité. Le diamant est en fait un très bon conducteur et un dissipateur de chaleur, ce qui favorise cette conversation. L’énergie, charge électrique, est alors transportée vers l’extérieur.

Quel impact pour l’environnement?

Il serait nul. La question d’une fuite radioactive se pose en effet directement. «La batterie n’émet pas plus de radioactivité que le corps humain lui-même», rassure le PDG de l’entreprise, Nima Golsharifi. Le diamant en carbone 14 est entièrement enrobé d’une couche de carbone 12 qui absorbe les rayonnements.

Ses concepteurs indiquent aussi qu’elle serait tout à fait indestructible et sans danger en cas d’accident, par exemple dans le cadre d’une utilisation pour les voitures électriques. L’entreprise veut même utiliser cette technologie pour les appareils de stimulation cardiaque et autres implants électroniques.

Quel coût?

«Cette technologie peut être adaptée à toutes les normes actuelles d’accumulateurs: AA, AAA, 18650 (utilisée pour les cigarettes électroniques notamment), 2170 (batteries de voiture), etc. De plus, la batterie sera proposée à un prix très compétitif: malgré toutes ses qualités et les avantages qu’elle procure, elle pourrait même être moins chère que les batteries lithium-ion actuelles. Pourquoi? Parce que de nombreux industriels seront plus que ravis de se débarrasser de leurs déchets nucléaires (et paieront pour cela…)» explique le site spécialisé Trust My Science.

Véritable panacée en devenir, cette innovation pourrait bien devenir l’une des plus grosses avancées technologiques. En effet, la capacité à fournir de l’énergie sur de très longues périodes, sans recharge ni ravitaillement ou entretien, et avec un impact environnemental quasi nul, fait office de réponse idéale aux besoins énergétiques propres que le monde entier recherche.

NDB promet la mise en service d’une version commerciale de faible puissance d’ici deux ans et une version haute puissance, qui intéresse beaucoup d’acteurs du nucléaire, de la défense et d’autres entreprises de pointe, d’ici cinq ans.