COMINES-WARNETON

Patrick et Ann Taveirne, exploitants d’une porcherie, sont morts intoxiqués

Patrick et Ann Taveirne, exploitants d’une porcherie, sont morts intoxiqués

Le drame s’est produit sur le site de la route de Neuve-Église, à Warneton. ÉdA – 50858362622

Stupéfaction dans l’entité cominoise où les deux patrons de la S.A. Taveirne ont été découverts morts, victimes d’un dysfonctionnement.

Mercredi 19 août, un drame s’est déroulé dans une porcherie de la Route de Neuve-Église, exploitée par la S.A. Taveirne.

Selon nos sources, Patrick et Ann Taveirne étaient occupés à travailler seuls dans l’une de leurs porcheries. L’exploitant utilisait un appareil qui permet de mélanger le lisier afin qu’il soit moins compact. Il semble que, suite à un défaut technique, une grande quantité d’ammoniac se soit libérée; les gaz toxiques n’ayant pas été régulièrement évacués.

Pris d’un malaise, l’engraisseur de cochons est tombé. Son épouse Ann Decleir est intervenue, essayant sans doute de le déplacer à l’extérieur, mais elle a été, elle aussi, victime du gaz meurtrier.

Peu après 12 h., leur fille aînée, Margot, a découvert ses parents inanimés et a tenté de les sauver; il était malheureusement déjà trop tard. Arrivés sur place, les services d’urgence n’ont pu que constater la triste évidence.

Même si des vérifications doivent encore être effectuées, le parquet de Tournai a confirmé que les décès sont liés à une ventilation défectueuse.

Une belle réussite commerciale

Patrick et Ann Taveirne habitaient dans une maison à l’arrière du site de la route de Neuve-Église. Patrick était le fils unique de Rémi (décédé en 2017) et Agnes Vandewynckel. Ses parents, originaires de la région de Dixmude, s’étaient lancés dans l’élevage porcin, rue du Petit Pont à Ploegsteert, fin des années 1950. D’extension en extension, la famille Taveirne était devenue l’un des principaux producteurs de viande porcine de la Wallonie, suscitant régulièrement des levées de bouclier de la population en raison des nuisances de leurs installations.

Patrick Taveirne, né à Ypres, le 24 mars 1961, était impliqué dans le comité du Last Post et dans les activités du quartier de La Hutte. Derrière les chefs d’entreprise parfois décriés se cachaient deux personnes d’un naturel affable et sympathique.

Le couple avait deux filles: Margot et Katrien et avait eu la joie d’accueillir récemment un premier petit-enfant. Nous présentons à toute la famille nos plus sincères condoléances.