CORONAVIRUS

Coronavirus: Philippe Close plaide pour des centres de tests à Zaventem et dans les gares

Coronavirus: Philippe Close plaide pour des centres de tests à Zaventem et dans les gares

Plusieurs pays organisent des tests de dépistage covid dès la descente d’avion, comme ici à l’aéroport d’Hanovre, en Allemagne. Reporters/DPA

Une nouvelle fois, le Bourgmestre de Bruxelles Philippe Close plaide pour un dépistage plus massif et plus aisé chez nous. Son idée: répliquer les centres de test vus dans les gares et aéroports étrangers.

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close (PS), plaide, dans un entretien publié mardi dans La Libre Belgique, pour que des centres de dépistage du Covid-19 soient installés à l’aéroport de Zaventem et dans les grandes gares du pays. Il estime qu’il est «encore trop compliqué de se faire dépister». Le maïeur de la capitale soutien depuis deux semaines déjà un renforcement et une facilitation du dépistage.

«Actuellement, c’est encore trop compliqué de se faire dépister», déplore Philippe Close. «Je vois ce qui est organisé à l’étranger, vous pouvez vous faire tester n’importe où, peu importe d’où vous venez, que vous soyez résident ou pas du pays en question.»

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles a demandé qu’une même stratégie soit déployée en Belgique, «à l’aéroport de Zaventem et dans les grandes gares avec des centres de test. Avec un dépistage dès votre arrivée, dès que vous descendez de l’avion, ça vous prend 10 à 15 minutes et c’est plus clair pour les citoyens», estime-t-il.

Je ne vois pas pourquoi nous serions plus intelligents que les autres pays qui dépistent plus largement, ni en quoi serions-nous plus malins que l’OMS

Pour lui, se faire dépister en Belgique se heurte à des obstacles. «Il faut remplir systématiquement un formulaire, il faut que le médecin généraliste fasse une prescription, ce qui n’est possible que si le médecin n’est pas en congé, sinon vous devez appeler le 1710 ou aller aux urgences. Bref, c’est trop long et compliqué!»

«Je veux bien accepter l’idée d’une stratégie intelligente, mais je ne vois pas pourquoi nous serions plus intelligents que les autres pays qui dépistent plus largement, ni en quoi serions-nous plus malins que l’OMS (l’Organisation mondiale de la Santé, NDLR) qui appelle à tester. Je ne demande pas non plus que l’on fasse tout et n’importe quoi, mais ne prenons pas les citoyens pour des idiots», conclut-il.